Page d'accueil du site
de Christian Magnan

 
Le ciel du mois (par Christian Magnan)
 

LIENS


Page d'accueil du GRAAL


L'image astronomique du jour


Astronomy Picture of the Day


Le Soleil en direct de SOHO


Le Guide du Ciel


Ciel des Hommes


Images célestes


Le ciel au-dessus de nos têtes (en anglais)

aide à la connexion


Actualité de l'environnement Soleil-Terre (en anglais)


Sky and Telescope (en anglais)


ANPCNE : Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes


 

Le ciel de septembre 2010

au jour le jour

le chiffre du mois

version imprimable du mois en cours   imprimante
Archives :

Le ciel de 2006 : | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre |
Le ciel de 2007 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre| décembre
Le ciel de 2008 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | début décembre | décembre
Le ciel de 2009 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet| août| septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2010 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin| juillet | août

galaxie
Un univers-île

 

 

Bonjour à toutes, bonjour à tous !

 

Le jeudi 23 de ce mois marque l'équinoxe de septembre, date à laquelle, partout sur Terre, la nuit dure autant que le jour. Puis dans l'hémisphère nord commencera l'automne, saison où la durée de la nuit dépassera celle du jour. Autant dire que nous allons pouvoir nous régaler d'étoiles encore plus franchement.

À admirer sans modération, la reine de la nuit est sans conteste possible la planète JUPITER. Avec une magnitude de -3, c'est l'astre le plus brillant du ciel, visible à l'est en début de nuit et trônant au sud en milieu de nuit à une hauteur de 44°. Comme toute planète honnête, Jupiter ne brille pas par elle-même mais se contente de refléter la lumière qu'elle reçoit du Soleil. Si elle est aussi lumineuse pour nous c'est à cause de sa taille de "géante", son diamètre faisant 11 fois celui de la Terre et sa surface plus de 100 fois celle de la Terre. Ce mois de septembre 2010 est particulièrement favorable à son observation parce que Jupiter passe à l'opposition le 21, ce qui signifie qu'elle sera alors en position de Pleine Lune, la Terre se trouvant exactement entre elle et le Soleil. Cette configuration amène la Terre au plus près de Jupiter puisque l'opposition est le moment où la Terre rattrape Jupiter sur son orbite et se retrouve en face d'elle quand le Soleil est dans son dos.
Pour ceux qui préfèrent un petit dessin, voir
http://www.lacosmo.com/lecieldumois/images/oppositionmars.png

Pour vérifier la réalité de l'opposition, savourez le MERCREDI 22 et JEUDI 23 le LEVER SIMULTANÉ de JUPITER et de la PLEINE LUNE, une scène magnifique et majestueuse à nos yeux montrant bien que Jupiter est en position de Pleine Lune.

L'opposition de 2010 est exceptionnelle. Comme elle se déroule moins de six mois avant le passage de Jupiter au périhélie (c'est-à-dire au point de son orbite elliptique le plus proche du Soleil), la distance qui nous sépare de la planète géante est petite, la plus petite depuis 1963 et jusqu'en 2022. Son diamètre apparent atteint au contraire la valeur notable de presque 50 secondes d'arc.

Je trouve qu'il est frappant de voir Jupiter dans une région du ciel assez vide d'étoiles. Elle se trouve dans les POISSONS, une constellation qu'il est bien difficile d'identifier par suite de l'absence d'étoiles brillantes en son sein. Il est frappant aussi de constater que LA PLANÈTE NE SCINTILLE PAS (ou scintille peu), ce qui est une caractéristique différenciant les planètes des étoiles. Les étoiles scintillent parce que le pinceau lumineux des rayons qui en proviennent et qui atteignent notre œil est extrêmement étroit. A la traversée de l'atmosphère le diamètre de ce pinceau est celui de la pupille de notre œil, c'est-à-dire d'environ 5mm, car, l'étoile étant comme à l'infini, les rayons du faisceau sont parallèles. A cette échelle les couches de l'atmosphère sont turbulentes et produisent des déviations aléatoires de la lumière: c'est le phénomène de scintillation. Dans le cas d'une planète le faisceau des rayons lumineux, qui est toujours de 5mm du côté de l'œil, s'élargit rapidement vers la planète car celle-ci, comparativement à une étoile, est beaucoup plus proche. Au sommet de l'atmosphère ce faisceau a déjà un diamètre de quelque 20 mètres. Dans ce cas les divers rayons lumineux subissent bien des déviations mais par effet de moyenne les perturbations se compensent et l'œil ne perçoit qu'un disque moyen dont la position reste fixe.

Au-delà de la théorie, je vous propose encore une fois de profiter de ces conditions extrêmement favorables pour OBSERVER JUPITER À TRAVERS UN INSTRUMENT. Vous serez étonnés de la beauté du spectacle. Un grossissement d'une vingtaine de fois suffit pour apercevoir la ronde des quatre satellites blottis contre le disque jovien et distinguer la forme aplatie de la planète, due à la rapidité de la vitesse de rotation qu'elle subit. Demandez à des amis amateurs d'astronomie de sortir leur lunette ou télescope ou profitez des soirées d'observation ouvertes au public dans des clubs d'astronomie. Il y en a partout en France. Près de Montpellier, l'observatoire d'Aniane organise encore en septembre six soirées les vendredi 3, samedi 4, vendredi 10, samedi 11, samedi 18 et samedi 25 septembre. Qu'on se le dise Les détails se trouvent sur la page
http://www.observatoire-aniane.com/Soiree-pour-tous
Que les fées de la météo nous soient propices

Avec une magnitude de -4,5 la planète VÉNUS est en principe plus brillante que Jupiter mais elle est plus difficile à voir. On la repère au coucher du Soleil grâce à sa luminosité mais elle reste malheureusement plaquée sur l'horizon. Si vous réussissez à l'apercevoir dans des conditions suffisamment bonnes il est intéressant d'admirer dans un petit instrument sa forme de CROISSANT. Le spectacle de cette fine parenthèse se détachant sur un ciel encore bleuté est somptueux. De soir en soir la croissance du diamètre apparent compense l'amincissement du croissant et fait que la luminosité de la planète reste quasi constante. Mais vers la fin du mois la surface éclairée va diminuer en même temps que le croissant va continuer à s'amincir. Les plus motivé-e-s pourront tenter d'observer un mince croissant de Lune (tourné vers le Soleil dans le même sens que celui de Vénus) les VENDREDI 10 et SAMEDI 11 au coucher du Soleil. Je vous conseille fortement de vous servir de jumelles pour admirer le spectacle au-dessus d'un horizon ouest-sud-ouest bien dégagé.

La NOUVELLE LUNE qui précède ces jours de croissant du soir et qui se produit le MERCREDI 8 SEPTEMBRE 2010 est assez particulière en ce que notre satellite sera au plus près de la Terre (on dit que la Lune est à son "périgée")), à 56 rayons terrestres. On peut s'attendre à de FORTES MARÉES OCÉANIQUES. En revanche cette proximité de la Lune ne produira pas d'augmentation du nombre d'accouchements (!!) puisque les marées sur un corps (la Terre ou tout autre objet) sont dues à une différence d'attraction entre le point le plus proche de la Lune et le point le plus éloigné. Or si entre le point de la Terre le plus proche de la Lune et le point diamétralement opposé la différence d'attraction lunaire est à coup sûr importante, elle est insignifiante entre la tête d'une future mère et ses pieds.

La dernière planète observable ce mois-ci est MERCURE, qui fait une belle apparition dans le ciel du matin. C'est le DIMANCHE 19 SEPTEMBRE qu'elle atteindra sa hauteur maximale au-dessus de l'horizon. Pour admirer ce point étonnamment lumineux (avec une magnitude de -0,2) dans un ciel déjà coloré de lumière solaire, il faut observer sur l'horizon est une heure avant le lever du Soleil (ce qui nous met vers 6h30 à Montpellier). D'un endroit bénéficiant de bonnes conditions la planète est visible entre le 12 et le 30 septembre. Je vous conseille ici encore d'utiliser des jumelles.

Que Jupiter ne nous fasse pas oublier les étoiles. Le mois de septembre est propice à la découverte de la GALAXIE D'ANDROMÈDE, qui nous introduit à la structure de l'Univers. Je reprends ce que j'écrivais dans le ciel de septembre 2008
http://www.lacosmo.com/lecieldumois/lecieldumois0908.html

Il y a moins de cent ans l'humanité ne savait pas de quoi l'Univers était constitué ni quelles étaient ses limites. Ce n'est que vers 1925 que les astronomes découvrirent qu'une nébulosité visible à l'œil nu, la nébuleuse d'Andromède, était extérieure à notre Voie Lactée et représentait une galaxie semblable à la nôtre, c'est-à-dire une sorte d'île constituée de milliards d'étoiles. Nous savons aujourd'hui que la partie visible de notre Univers (représentant sans doute une fraction substantielle de sa totalité) contient quelques milliers de milliards de tels univers-îles ayant souvent l'aspect d'un disque en rotation avec des bras spiraux.

Le mois de septembre est favorable à la découverte de cet objet d'importance cosmologique car notre galaxie d'Andromède est déjà haut dans le ciel en début de nuit. Ne vous attendez pas à un objet brillant et aidez-vous de jumelles pour découvrir la petite tache nébuleuse. Dans un ciel bien noir la galaxie est visible à l'œil nu, quand on sait où regarder, et quand on laisse aux yeux le temps de s'accoutumer à l'obscurité. Une astuce consiste à utiliser la vision dite "décalée", qui revient à regarder un peu à côté de l'objet visé. Ce geste permet de former l'image sur la région périphérique de la rétine qui contient les bâtonnets, plus sensibles à la faible lumière.

Partons du W de Cassiopée, si facile à repérer au-dessus de l'horizon nord-est. En dessous quatre étoiles assez brillantes gentiment équidistantes et comparables en éclat dessinent un arc de cercle très ouvert. Les trois étoiles de droite appartiennent à la constellation d'Andromède, la plus à droite représentant un sommet du grand carré de Pégase, figure céleste elle aussi remarquable. Il faut partir de l'étoile située avant ce sommet, appelée Mirach. En allant alors vers le haut, perpendiculairement à l'arc de départ, on tombe sur une étoile moins brillante. Encore un cran vers le haut, à peine sur la droite, se trouve une étoile encore plus faible. Juste à côté, miracle: la petite tache diffuse de la galaxie d'Andromède est là sous vos yeux.
Pour mieux vous y retrouver voici une carte de cette région du ciel:
http://www.lacosmo.com/lecieldumois/images/regionAndromede.png
La lumière que nous voyons aujourd'hui est partie d'Andromède il y a trois millions d'années, ce qui est tout simplement inimaginable.

LE CHIFFRE DU MOIS: 3 millions d'années de lumière. C'est la distance approximative de la galaxie d'Andromède. La "précision" sur cette estimation n'est pas mauvaise: elle est très mauvaise puisque ce chiffre n'est connu qu'à 20% près. Cette incertitude ahurissante (et incontestable et incontestée) sur la distance de la galaxie la plus proche conduit des mécréants à douter des estimations de distance concernant des galaxies situées à des milliards d'années et à remettre en cause les certitudes officielles, souvent incongrues, sur la structure de l'Univers et notamment les caractéristiques de son expansion (par ailleurs indéniable).

Bonnes nuits sous les étoiles
Christian

SEPTEMBRE 2010 AU JOUR LE JOUR
Toute la nuit: Jupiter, éclatante reine du ciel
Du samedi 4 au mardi 7: le croissant lunaire du matin
Mercredi 8: Nouvelle Lune (et nuits noires autour de cette date); fortes marées
Du samedi 11 au lundi 13: le croissant lunaire du soir; à côté de Vénus le 11
Du samedi 18 au lundi 20: Mercure le matin à l'aube (jumelles et horizon dégagé)
Dimanche 19 au matin: Mercure à sa distance angulaire maximale du Soleil
Mardi 21: opposition de Jupiter
Mercredi 22 et jeudi 23: lever de Jupiter et de la Pleine Lune
Jeudi 23: équinoxe de septembre à 5h09, Pleine Lune à 11h17
Nuit du lundi 27 au mardi 28: la Lune gibbeuse passe près des Pléiades, très haut dans le ciel (invitation à une promenade au clair de Lune) 



 

 

   

Mes sources d'information