Page d'accueil du site
de Christian Magnan

Le ciel du mois (par Christian Magnan)

LIENS


Page d'accueil du GRAAL


L'image astronomique du jour


Astronomy Picture of the Day


Le Soleil en direct de SOHO


Le Guide du Ciel


Ciel des Hommes


Images célestes


Le ciel au-dessus de nos têtes (en anglais)


Actualité de l'environnement Soleil-Terre (en anglais)


Sky and Telescope (en anglais)


 

Le ciel de janvier 2007

version imprimable du mois en cours   imprimante
Archives :

Le ciel de 2006 : | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre |

analemma
Analemme solaire

 

 

Bonjour à toutes, bonjour à tous !

 

Les cieux ne se soucient guère de notre façon en partie arbitraire de compter les jours et du passage d'une année à la suivante, lequel n'est marqué par aucun phénomène céleste particulier (contrairement par exemple aux saisons, qui sont astronomiques avant d'être civiles). Aussi ai-je décidé d'ouvrir l'année avec LA PLANÈTE VÉNUS. J'ose même vous dévoiler lieu et heure de notre rendez-vous vespéral quotidien. Celle que l'on appelle l'Étoile du Berger (ou, en l'occurrence, l'étoile du soir) étincelle TOUS LES SOIRS DU MOIS, une heure environ après le départ du Soleil (vers 18 heures à Montpellier en début de mois) au-dessus de l'horizon ouest-sud-ouest. Le spectacle de ce petit point brillant perçant les couleurs du couchant est vraiment magnifique, mais attention l'astre est assez bas sur l'horizon et vous devez choisir un horizon bien dégagé pour l'apercevoir. (Pour ceux et celles qui habitent vers le nord de Montpellier, un site très accessible et convenant parfaitement est le stade de rugby situé près de l'UCPA, à St Clément de Rivière). LE SOIR DU SAMEDI 20 JANVIER 2007 est à noter tout particulièrement, avec le passage juste en-dessous de Vénus d'un croissant lunaire de toute finesse (refrain : des jumelles pourraient permettre éventuellement de percer une couche brumeuse intempestive). Le soir suivant du DIMANCHE 21 JANVIER le croissant un peu plus épais enserrera une touchante lumière cendrée (les Sélénites se trouvant sur cette partie de la Lune bénéficiant de leur côté d'un généreux clair de Terre).

Tout tourne : alors qu'en novembre 2006 quatre planètes se serraient autour du Soleil, comme le montraient les images du coronographe "LASCO C3" du satellite SOHO
http://www.cidehom.com/apod.php?_date=061116
ces astres redeviennent visibles en janvier 2007.

La planète MERCURE reviendra dans le ciel du soir vers le 20 janvier et abordera alors sa plus belle fenêtre de visibilité de l'année 2007. En fin de mois, l'éclat de l'astre est spectaculaire, avec une magnitude de -1,2, et ne démérite pas devant notre Vénus qui s'affiche sans modestie un peu plus haut dans le ciel. Deux joyaux du ciel à admirer au-dessus d'un l'horizon ouest-sud-ouest bien dégagé. En attendant cette brillante présentation les fervent-e-s de Mercure peuvent contempler leur belle à loisir dans le champ du coronographe du satellite SOHO à peine cité
http://soho.nascom.nasa.gov/data/realtime/c3/512/
champ qu'elle quittera le 20 janvier. La planète passera derrière le Soleil (sera en conjonction supérieure) le 7 janvier.

JUPITER est désormais facilement visible le matin, alors que la dénicher ces derniers temps était assez acrobatique. La planète se lève en début de mois près de deux heures et demie avant le Soleil, vers le sud-est et se laisse admirer de plus en plus haut sur l'horizon. Les observations redeviennent possibles et un paire de jumelles vous montrera la valse éternelle des quatre satellites galiléens. Justement à L'AUBE DU MARDI 9 JANVIER, ces quatre petites lunes, Io, Europe, Ganymède et Callisto, seront sagement alignées dans leur ordre d'éloignement à leur planète-mère (enfin, le terme de "mère" est peut-être un tantinet inadapté puisque les noms des satellites désignent en fait des conquêtes amoureuses, les deux sexes confondus, du pas si divin Jupiter, quel tempérament). Ce Jupiter a rendez-vous (justement !) avec la Lune le MATIN DU LUNDI 15 JANVIER 2007. Le croissant lunaire soulignera une magnifique lumière cendrée (pour les Sélénites de tout à l'heure, la nuit dure quand même une quinzaine de jours, et dans cette longue nuit la lumière terrestre apporte un peu de joie; en revanche les Sélénites de la face opposée ne peuvent jamais voir la Terre). Vous pourrez peut-être reconnaître la constellation que traversera alors la Lune : il s'agit du SCORPION avec sa brillante et rougeoyante ANTARÈS (merveille des ciels d'été) située non loin de la Lune. Le lendemain, le MATIN DU MARDI 16 JANVIER, le croissant se sera aminci, à trois jours de la nouvelle Lune, et sera surplombé par Jupiter et Antarès.

La planète MARSse lève tous les matins au sud-est avant le Soleil mais sa hauteur au-dessus de l'horizon reste trop faible pour en faire un objet remarquable. Mais, patience, elle s'imposera dans les mois à venir avec apothéose promise au prochain Noël.

Parmi toutes les planètes, SATURNE présente ce mois-ci les meilleures conditions d'observation. Elle est visible pratiquement toute la nuit et forme, vous le savez bien, un beau duo avec l'étoile RÉGULUS du Lion. Comme il se doit, le couple se lève le soir à l'est et se couche le matin à l'ouest. La première conjonction planétaire du mois avec la Lune se situe d'ailleurs dans LA NUIT DU SAMEDI 6 AU DIMANCHE 7 JANVIER. Samedi soir la Lune se lèvera accompagnée de Saturne (rubrique : "quelle est cette étoile à côté de la Lune?") et glissera en cours de nuit vers Régulus. Un petit instrument permettra de profiter encore plus du spectacle.

La constellation du mois, on peut dire que c'est ORION, magnifiquement bien placée dans le ciel (elle passe au Sud vers 22h45 à la mi-janvier), ce grand rectangle contenant vers son milieu trois étoiles alignées caractéristiques, à peu près de même éclat,
http://www.cidehom.com/apod.php?_date=061229
constituant la barre supérieure inclinée d'un T majuscule. Sur la branche verticale de ce T, je vous invite à découvrir la NÉBULEUSE D'ORION, un objet que les astronomes amateur-e-s chérissent particulièrement. Avec des jumelles pointez cette région et vous apercevrez un tache floue, d'autant plus brillante que vos jumelles seront lumineuses. Vous pouvez aussi aller voir des photos de cette nébuleuse sur Internet, elle est répertoriée comme M42 (Messier 42)
http://images.google.fr/images?hl=fr&q=M42&btnG=Recherche+d%27images
ou
http://antwrp.gsfc.nasa.gov/cgi-bin/apod/apod_search?M42
Contrairement à la nébulosité de la galaxie d'Andromède, qui se situe à l'extérieur de notre Voie Lactée, ce nuage de gaz d'Orion se situe à l'intérieur, à une distance de l'ordre de 1500 années de lumière (une misère : Andromède est à quelque trois millions d'années de lumière).

Un scoop maintenant : il se pourrait qu'il y ait un PASSAGE DE COMÈTE spectaculaire dans le coronographe de SOHO, toujours lui, du 12 au 15 janvier. En avril 2004, nous avions eu des images époustouflantes de la comète Bradfield
http://antwrp.gsfc.nasa.gov/apod/ap040419.html
Surveillez vous-même, mais si des photos aussi extraordinaires se présentent (il s'agira en l'occurrence de la comète McNaught), je vous en aviserai par message électronique.

Je nous souhaite, je vous souhaite, de bonnes et belles nuits pleines d'étoiles
Christian


PS : les lecteurs et lectrices de ces messages savent bien que l'hiver (boréal) ne correspond pas à la période où la Terre est le plus loin du Soleil ! Que nenni ! Le 3 janvier 2007, la Terre sera au contraire au plus près du Soleil, à 147 100 000 kilomètres (encore une misère), soit 8,18 minutes de lumière. Le point correspondant de l'orbite s'appelle le "périhélie". Le point le plus éloigné est l'aphélie.