Page d'accueil du site
de Christian Magnan

 
Le ciel du mois (par Christian Magnan)

Nota : si vous désirez mettre ce "ciel du mois" en favori utiliser l'adresse
http://www.lacosmo.com/lecieldumois/lecieldumois.html
La page ainsi adressée vous redirigera automatiquement vers le mois en cours  

LIENS


L'image astronomique du jour


Astronomy Picture of the Day


Le Soleil en direct de SOHO


Le Guide du Ciel


Ciel des Hommes


Images célestes


Le ciel au-dessus de nos têtes (en anglais)

aide à la connexion


Actualité de l'environnement Soleil-Terre (en anglais)


Sky and Telescope (en anglais)


ANPCNE : Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes



Un astronome professionnel retrace pour vous le cheminement patient de la pensée scientifique moderne, vous guide dans une visite grandiose de l'Univers, vous raconte la folle histoire des étoiles et vous révèle la place de l'espèce humaine dans un cosmos qui ne l'attendait pas.

L'auteur se permet en outre de dénoncer les graves dérives conceptuelles d'une science contemporaine courant à sa perte sous l'effet d'un productivisme effréné.

Voici un ouvrage unique en son genre qui vous donnera à penser!

 

couverture

Paru en novembre 2011

Édité par Guillaume Cannat (amds-edition)
Disponible en commande immédiate
dédicace possible de l'auteur

L'image de couverture représente l'éclipse totale de Soleil du 11 juillet 2010 à l'île de Pâques (cliché de Guillaume Blanchard)


Allez observer le ciel


à l'observatoire d'Aniane



Le ciel de mars 2013

au jour le jour

le chiffre du mois

version imprimable du mois en cours   imprimante
Archives :

Le ciel de 2006 : | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre |
Le ciel de 2007 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre| décembre
Le ciel de 2008 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | début décembre | décembre
Le ciel de 2009 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet| août| septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2010 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin| juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2011 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2012 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2013 : | janvier | février

comète panstarrs
La comète PANSTARRS
sera-t-elle au rendez-vous?

 

 

Bonjour à toutes, bonjour à tous !

 

Un astéroïde est passé tout près de la Terre le 15 février 2013, un bolide s’est écrasé le même jour (par une coïncidence… frappante) dans la région de Tchelyabinsk dans l’Oural, la comète Pan-STARRS devrait se montrer dans notre ciel à partir du 11 mars, les étoiles filantes de l’essaim des Virginides sillonneront le ciel dans la nuit du 24 au 25 mars : c’est quoi tous ces objets menaçants ?

Il faut déjà distinguer les objets qui deviennent lumineux parce qu’ils heurtent la Terre à grande vitesse (se comptant en dizaines de kilomètres par seconde) et se consument en s’échauffant par frottement sur l’atmosphère. Les étoiles filantes représentent le prototype de ces météores et correspondent à des poussières de très petite taille,  de l’ordre de celle d’un grain de sable. Les bolides, comme celui qui est tombé dans l’Oural, sont des objets bien plus gros. Celui de Tchelyabinsk avait un diamètre d’une quinzaine de mètres et une masse de dix mille tonnes. Ça calme. Il a explosé à quelque cinquante kilomètres de hauteur en engendrant l’onde de choc qui a provoqué les dégâts que l’on connaît. C’est ce type de bolides, souvent plus gros (voire beaucoup plus gros), qui se sont manifestés au cours de l’histoire mouvementée de la Terre, en provoquant des bouleversements du climat (avec la fameuse disparition des dinosaures). On réserve le nom de météorites aux fragments qui ont atteint le sol. On en trouve en ce moment là où a explosé le météore du 15 février.

Les autres objets, astéroïdes et comètes, dans la mesure où ils ne nous sont pas tombés dessus (ou pas encore), ne sont visibles que parce qu’ils réfléchissent la lumière du Soleil. Ainsi en sera-t-il de la comète Pan-STARRS (acronyme de "Panoramic Star Telescope and Rapid Response System", un instrument spécialement conçu pour observer les objets se baladant dans l’espace et susceptibles de heurter la Terre ; il possède le plus grand capteur numérique du monde avec une taille de 1400 mégapixels quand celle de nos appareils numériques en fait une dizaine). Cette comète, visible dès maintenant dans l’hémisphère sud, est attendue par chez nous ce mois de Mars. Il s’agit d’une grosse boule patatoïdale d’une dizaine de kilomètres de diamètre faite de glace mêlée à des poussières. En se rapprochant du Soleil elle va voir sa surface s’évaporer de plus en plus sous l’effet de la chaleur en éjectant des quantités de gaz et de poussières visibles sous forme de chevelure (comète vient du grec komêtês, chevelu). On ne peut pas savoir quel sera l’aspect de la comète, ni même si elle sera encore entière car son passage au plus près du Soleil (périhélie) le 10 mars n’est pas sans danger. Une comète est toujours friable et peut se désintégrer sous l’effet de la chaleur.


C’est le soir des MARDI 12 et MERCREDI 13 MARS 2013 que le moment sera venu de découvrir l’aspect de la COMÈTE PANSTARRS après son passage au périhélie. Elle devrait être visible à l’œil nu une heure après le coucher du Soleil, mais étant donné la luminosité du ciel crépusculaire, il ne faut pas s’attendre non plus à un spectacle exceptionnel. A moins, sait-on jamais, qu’une bonne surprise se produise. Je vous tiendrai au courant des nouvelles dans ce cas, mais vous pouvez vous-même consulter par exemple le site de Guillaume Cannat
http://www.leguideduciel.net/index.php
Des photos sont disponibles régulièrement sur le site spaceweather
http://www.spaceweather.com/
Pour trouver la comète choisissez un horizon ouest libre de tout obstacle (à vérifier les jours précédents, à l’endroit où le Soleil se couche) et si possible munissez-vous de jumelles, c’est plus sûr. Le mardi 12 tâchez de repérer un mince croissant lunaire âgé d’à peine 22 heures. La comète se trouvera un peu plus haut sur la gauche. Le lendemain, si elle le veut bien, la comète sera visible plus haut dans le ciel, dominée cette fois par un beau croissant de Lune en forme de gracieux sourire. Sa chevelure ? Nous verrons ! C’est la surprise. Notons enfin que ce MERCREDI 13 est la meilleure soirée pour observer notre visiteuse dans de bonnes conditions. Par la suite elle grimpera en se dégageant des lueurs du crépuscule mais en revanche, s’éloignant du Soleil et de la Terre, elle verra sa luminosité décroître, ne restant accessible qu’aux amateurs dotés d’instruments. Ainsi, en résumé, Panstarrs devrait être une curiosité intéressante pour les astronomes amateurs bien équipés mais sans doute pas pour le grand public. Toutefois, pour ne pas rester sur une note tristounette, je vous annonce que c’est en décembre qu’une autre comète, la comète ISON, devrait crever le plafond des records de luminosité en se montrant peut-être même visible en plein jour.

Pour ne pas quitter le domaine des météores, je signale le maximum d’activité de l’essaim des VIRGINIDES  dans la nuit du DIMANCHE 24 AU LUNDI 25. Ces étoiles filantes, certes peu nombreuses en général, sont en revanche souvent très brillantes avec des traînées persistantes et sont particulièrement lentes (avec une vitesse de 30km/s). A voir vers la constellation de la Vierge, sur l’horizon sud-est, à condition que la chance nous accompagne.

Les deux planètes géantes JUPITER et SATURNE restent dignes d’être observées, la première pour ses quatre satellites et ses bandes nuageuses, la seconde pour ses fameux anneaux. Profitez-en si vous possédez un petit instrument ou si vous pouvez vous rendre à une soirée d’observation pour le public. Il est encore temps de pointer Jupiter mais le mois prochain marquera la fin de sa belle fenêtre d’observation. Jupiter se couche maintenant en milieu de nuit mais reste haute dans le ciel au crépuscule, reconnaissable comme l’astre le plus brillant du ciel accompagné de la rouge ALDÉBARAN du Taureau. Saturne se lève en fin de soirée et passe au méridien en seconde partie de nuit.

Quoique présente dans le ciel plus longtemps que Jupiter, Saturne reste basse sur l’horizon dans les couches les moins transparentes de l’atmosphère. D’où vient cette situation paradoxale ? Pourquoi la position de Jupiter est-elle plus haute que celle de Saturne ? Parce que Jupiter se trouve dans le Taureau et Saturne dans la Balance, que le Taureau est une constellation d’hiver et la Balance une constellation d’été (avec le Scorpion voisin), et que l’écliptique, cette bande du ciel où se baladent les planètes, la Lune et le Soleil, est basse la nuit en été et haute en hiver. Nous avons déjà constaté que les Pleines Lunes d’hiver sont très hautes dans le ciel. C’est le contraire pendant la journée : le Soleil est haut en été, bas en hiver. Dans l’hémisphère sud les choses sont inversées.

Dans la rubrique "quelle est cette étoile près de la Lune?" laissez-vous surprendre par le rapprochement entre SPICA et la LUNE au matin du VENDREDI 1er MARS 2013. Le plus intéressant est de suivre le déplacement de la Lune au cours de la nuit du jeudi au vendredi. Sur quelques heures le trajet de notre satellite est notable. Continuant sa course, la Lune se retrouve le SAMEDI 2 MARS à droite de SATURNE et le DIMANCHE 3 à gauche de la planète. Les VENDREDI 29 ET SAMEDI 30 le globe lunaire revient rendre visite à la belle aux anneaux.

Du SAMEDI 16 au LUNDI 18 MARS on pourra suivre la Lune dans sa traversée d’ouest en est de la constellation du Taureau, qui orne magnifiquement nos nuits depuis des mois. Samedi 16, le croissant encore embelli de la lumière cendrée arrive près des Pléiades, puis après être passé de l’autre côté de l’amas, forme le DIMANCHE 17 un joli triangle équilatéral avec JUPITER et ALDÉBARAN pour finir le lundi 18 dans la partie orientale du Taureau.

MERCREDI 20 MARS à midi marque l’équinoxe de mars et le début du printemps dans notre hémisphère. Si l’axe de la toupie terrestre pointe son côté nord vers le Soleil au solstice de juin et son côté sud au solstice de décembre, elle se présente de profil au Soleil aux équinoxes, ce qui fait qu’à cette date la longueur du jour est pratiquement égale à celle de la nuit partout sur la Terre. Du point de vue de l’observateur terrestre que nous sommes, le Soleil décrit l’écliptique en traversant les constellations du zodiaque. Au solstice de juin le Soleil est au point le plus haut au nord de cet écliptique, à celui de décembre il est au plus bas au sud tandis qu’aux équinoxes il est dans le plan même de l’équateur terrestre, aux points appelés "nœuds", passant ainsi d’un hémisphère céleste à l’autre. A l’équinoxe de mars le Soleil se situe au "point vernal" (vernalis en latin, de ver, le printemps), passe de l’hémisphère céleste sud à l’hémisphère céleste nord et entre astrologiquement parlant dans le signe du Bélier (alors qu’en réalité le Soleil n’entrera dans la constellation du Bélier que le 18 avril). Constellation astronomique n’est pas signe astrologique. (Je viens de l’apprendre : jusqu'en 2043 le printemps astronomique commencera toujours le 20 mars, et en 2044 ce sera le 19 mars, pour la première fois depuis 1796.)

Que toutes ces considérations théoriques ne vous empêchent pas de contempler le ciel et ses étoiles ! Je vous propose ARCTURUS et CAPELLA comme étoiles du mois. Arcturus, de la constellation du BOUVIER (dessinant un immense cerf-volant) vous la connaissez, c’est cette étoile brillante (la troisième plus brillante du ciel), que l’on trouve facilement dans le prolongement de la courbe du manche de la casserole de la Grande Ourse. Elle se lève de plus en plus tôt le soir sur l’horizon est-nord-est et nous annonce l’arrivée des étoiles de printemps et d’été. Regardez maintenant vers l’ouest, haut dans le ciel, pour redécouvrir Capella, la onzième étoile plus brillante du ciel. Pour trouver l’étoile dans  la région des Gémeaux et du Taureau, je m’aide personnellement de la configuration bien reconnaissable du COCHER (Auriga), dont les étoiles les plus brillantes forment un immense pentagone. Enfin, le dernier repère est constitué par un triangle isocèle serré de taille moyenne situé auprès de Capella et dont les sommets s’appellent les chevreaux. En somme une étoile brillante, le pentagone du Cocher, les trois chevreaux : il s’agit bien de Capella, dont le nom latin, diminutif de capra (qui a donné l’adjectif caprin), signifie la petite chèvre. Capella est la chèvre que le Cocher porte sur son dos. Elle est comme le pendant d’Arcturus car si elle annonce en automne le retour des étoiles d’hiver, elle entraîne aussi ces dernières sous l’horizon au printemps.

Enfin par directive européenne la période de l’HEURE D’ÉTÉ commence le dernier dimanche de mars, cette année dans la nuit du samedi 30 au dimanche 31 mars. Je redis tout le mal que je pense de ce protocole, estimant pour ma part qu’il faudrait s’abstenir de changer d’heure deux fois par an (!) et rester à l’heure dite d’été, c’est-à-dire à l’heure universelle augmentée de deux heures (TU+2), pour la bonne raison que notre vie sociale moderne est calée plutôt sur 8-8 que sur 6-6 (ce qui met le milieu de journée à 14 heures, deux heures après midi).

Ce DIMANCHE 31 est en outre le JOUR DE PÂQUES. Je le signale pour rappeler que ce jour est déterminé par rapport à la Lune comme le dimanche suivant la première Pleine Lune de printemps. Vous avez sans doute remarqué qu’autour de Pâques la Lune illumine toujours le ciel : ce n’est pas un hasard.

LE CHIFFRE DU MOIS : 500. Cinq cents tonnes, c’est l’estimation très grossière de la quantité de matière extra-terrestre frappant la Terre chaque jour, essentiellement sous forme de petits grains. Le chiffre apparaît colossal mais vous pouvez calculer qu’il correspond à un gramme par mètre carré par jour. Le météore de Tchelyabinsk faisait quelque dix mille tonnes, la dose concentrée de quelques semaines.

Bonnes nuits sous les étoiles. Et les météores 
Christian

MARS 2013 AU JOUR LE JOUR
tous les soirs : Arcturus se lève de plus en plus tôt et va nous amener les étoiles d’été
toutes les nuits : Jupiter et Saturne en bonnes conditions d’observation
Vendredi 1er : la Lune près de Spica
Samedi 2 et dimanche3 : la Lune passe d’un côté à l’autre de Saturne
Du jeudi 7 au dimanche 10 : le croissant lunaire du matin
Lundi 11 : Nouvelle Lune et nuits noires autour de cette date
Du mardi 12 au dimanche 17 : le croissant lunaire du soir et sa lumière cendrée
Mardi 12 et mercredi 13 : la comète PANSTARRS sera-t-elle au rendez-vous, près du croissant de Lune ?
Du samedi 16 au lundi 18 : la Lune traverse la constellation du Taureau et forme un joli triangle avec Jupiter et Aldébaran le dimanche 17
Mercredi 20 : équinoxe de mars ; le Soleil se lève à l’est et se couche à l’ouest partout sur la Terre
Nuit du dimanche 24 au lundi 25 : maximum de l’essaim des Virginides
Lundi 25 : première Pleine Lune de printemps ; dimanche prochain ce sera Pâques
Vendredi 29 et samedi 30 : la Lune rejoint Saturne pour la seconde fois du mois
Dimanche 31 : jour de Pâques ; à 2 heures il sera 3 heures, une heure de nuit en moins


   

Mes sources d'information