Page d'accueil du site
de Christian Magnan

 
Le ciel du mois (par Christian Magnan)

Nota : si vous désirez mettre ce "ciel du mois" en favori utiliser l'adresse
http://www.lacosmo.com/lecieldumois/lecieldumois.html
La page ainsi adressée vous redirigera automatiquement vers le mois en cours  

LIENS


L'image astronomique du jour


Astronomy Picture of the Day


Le Soleil en direct de SOHO


Le Guide du Ciel


Ciel des Hommes


Images célestes


Le ciel au-dessus de nos têtes (en anglais)

aide à la connexion


Actualité de l'environnement Soleil-Terre (en anglais)


Sky and Telescope (en anglais)


ANPCNE : Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes



Un astronome professionnel retrace pour vous le cheminement patient de la pensée scientifique moderne, vous guide dans une visite grandiose de l'Univers, vous raconte la folle histoire des étoiles et vous révèle la place de l'espèce humaine dans un cosmos qui ne l'attendait pas.

L'auteur se permet en outre de dénoncer les graves dérives conceptuelles d'une science contemporaine courant à sa perte sous l'effet d'un productivisme effréné.

Voici un ouvrage unique en son genre qui vous donnera à penser!

 

couverture

Paru en juin 2014

Édité par Guillaume Cannat (amds-edition)
Disponible en commande immédiate
dédicace possible de l'auteur

L'image de couverture représente l'éclipse totale de Soleil du 11 juillet 2010 à l'île de Pâques (cliché de Guillaume Blanchard)


Allez observer le ciel


à l'observatoire d'Aniane



Le ciel de mars 2015

au jour le jour

le chiffre du mois

version imprimable du mois en cours pour apposer sur son frigo   imprimante
Archives :

Le ciel de 2006 : | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre |
Le ciel de 2007 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre| décembre
Le ciel de 2008 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | début décembre | décembre
Le ciel de 2009 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet| août| septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2010 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin| juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2011 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2012 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2013 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2014 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2015 : | janvier | février

Tchouri
La comète "Tchouri"

 

 

Bonjour à toutes, bonjour à tous !

 

Une éclipse, une éclipse ! Le VENDREDI 20 MARS se produira une ÉCLIPSE DE SOLEIL visible comme partielle en France entre 9h10 et 11h50. Vous avouerez que les horaires sont assez cool, de sorte qu’en dehors des caprices toujours possibles de la météo, rien ne devrait nous empêcher de voir le phénomène. En revanche pour observer la phase de totalité, la chose est quasi impossible pour le commun des mortels car il faut se rendre vers les îles Féroé ou sur l’archipel du Svalbard, une région où les moyens d’accès sont difficiles et le ciel pas forcément dégagé (!) En France nous avons droit à une vraiment très belle éclipse avec une fraction occultée du Soleil d’autant plus grande que le site d’observation est au nord. Le pourcentage de la partie obscurcie du Soleil varie de 58% en Corse à 82% à Dunkerque en passant par 78% à Paris. Tous les détails de cette éclipse se trouvent sur la carte "Google Earth" concoctée par Xavier Jubier
http://xjubier.free.fr/site_pages/solar_eclipses/TSE_2015_GoogleMapFull.html
En cliquant sur le lieu choisi, vous verrez apparaître les circonstances locales de l’éclipse

Comment observer l’éclipse ? L’obscurcissement au sol sera peu perceptible (contrairement à celui d’une éclipse totale) et le jeu est de voir directement la Lune passer devant le Soleil en le rognant progressivement. Mais ATTENTION, il faut impérativement utiliser des moyens de protection adéquats avant de regarder le Soleil. En l’absence de protection correcte, la vision du Soleil peut provoquer des brûlures irréversibles de la rétine. Le moyen le plus simple est de se procurer des lunettes "spéciales éclipse" dans les magasins spécialisés en astronomie, ou sur internet. Un autre moyen très simple consiste à observer le phénomène en sténopé, dont le principe est de percer un petit trou dans une feuille de carton, trou qui servira à projeter l’image du Soleil. Vous avec déjà dû remarquer que dans une pièce obscure l’image du Soleil peut apparaître si un petit trou laisse passer la lumière. D’ailleurs la nature nous fournit des sténopés… naturels. Si vous regardez les taches lumineuses sous un arbre, vous pourrez constater que de multiples images du Soleil s’entrecroisent les unes les autres. Et ces images prendront forme de croissant lors de l’éclipse. Maintenant si vous voulez du plus sérieux comme observation, un grand nombre de clubs ou de planétariums proposeront une séance spéciale. Tenez-vous informés localement, les médias en parleront. Et j’espère que dans le milieu scolaire ce phénomène astronomique sera exploité comme il le mérite.

Encore un mot pour signaler que vue de la Terre une éclipse de Soleil est à proprement parler une OCCULTATION, la Lune occultant le Soleil à nos yeux. Vu de l’espace, ce qui éclipsé, c’est la Terre, en ce sens que c’est bien cette dernière qui passe dans l’ombre de la Lune. D’ailleurs allons voir le spectacle depuis la Lune !Les sélénites bénéficient ce 20 mars d’une Pleine Terre magnifique sur laquelle ils vont voir une ombre noire en forme de petit disque se déplacer le long d’une bande étroite d’environ 400 kilomètres de large (la bande de totalité pour les terriens). La traversée durera plus de quatre heures sur un trajet de 5 850 kilomètres. Comme toute éclipse de Soleil honnête, celle du 20 mars se produira le jour de la Nouvelle Lune, lorsque notre satellite passe entre le Soleil et la Terre. Si tout tournait rond (ce n’est pas le cas) une éclipse de Soleil se produirait à chaque Nouvelle Lune et une éclipse de Lune à chaque Pleine Lune (mais ça, ce sera pour la nuit du 27 au 28 septembre de cette année !). Ce 20 mars, outre l’alignement convenable du Soleil, de la Lune et de la Terre, l’élément qui joue en faveur de la réalisation de l’éclipse réside en ce que la Lune sera passée à son point le plus proche de la Terre (le périgée) la veille. Du coup, son diamètre apparent est plus grand, ce qui lui permet de masquer complètement le Soleil.

Un dernier conseil. Connectez-vous, comme tous les jours d’ailleurs (!), sur le blog astronomique du Monde, tenu par Guillaume Cannat, qui vous signale tous les événements célestes et vous fournit les renseignements utiles à leur observation
http://autourduciel.blog.lemonde.fr/
Vous aurez tous les tuyaux pour bien profiter de l’éclipse.

Il se trouve que le VENDREDI 20 MARS est aussi le jour de l’ÉQUINOXE DE MARS. Cela n’a aucun rapport avec l’éclipse de Soleil de ce jour. C’est une simple coïncidence de date entre deux événements dont les causes sont différentes. L’équinoxe correspond à la date où l’axe de rotation de la Terre est vu de profil depuis le Soleil, dans un plan perpendiculaire au rayon Soleil-Terre. Le grand cercle séparant la nuit du jour passe par les pôles et la durée du jour égale celle de la nuit partout sur Terre (à des corrections minimes près). De plus le Soleil, partout sur Terre, se lève à l’est et se couche à l’ouest. Dans l’hémisphère nord, au printemps, le Soleil se lèvera ensuite de plus en plus vers le nord (bien entendu toujours du côté est), jusqu’au solstice de juin, date à laquelle l’azimut du lever commencera à se décaler dans l’autre sens.

Avant l’époque moderne on ne connaissait que six planètes : Mercure, Vénus, la Terre, Mars, Jupiter et Saturne. C’est en 1781 que William Herschel observe au télescope un astre dont le diamètre apparent appréciable indique qu’il ne s’agit pas d’une étoile. Il présente d’abord cet astre à ses confrères astronomes comme une comète, mais les observations suivantes et le calcul de sa trajectoire montrent bientôt que l’astre est en fait une septième planète dont l’orbite se situe au-delà de celle de Saturne. On l’appellera URANUS (père de Saturne et grand-père de Jupiter dans la mythologie). La planète est visible à l’œil nu mais comme un astre si faible (magnitude 6) au déplacement si lent parmi les étoiles qu’elle est très difficile à repérer en tant que planète. Or dans les premiers jours de Mars l’occasion nous est donnée de l’observer, à condition toutefois de se munir de jumelles ou d’un petit instrument. En effet VÉNUS, qui continue à illuminer le ciel du soir à l’ouest, va passer près d’Uranus et nous guider vers elle. Le DIMANCHE 1er MARS 2015, à la fin du crépuscule, nous pourrons voir le point rougeâtre de MARS en dessous de Vénus. Aux jumelles on devrait pouvoir détecter le petit point d’Uranus placé de l’autre côté de Vénus, à la même distance. Un bel alignement, et un bel exploit si vous détectez la septième planète ! Les jours suivants Vénus se rapproche d’Uranus jusqu’à se serrer contre elle le MERCREDI 4 à moins de 0,1 degré. Plus bas que cette "étoile double" se montre toujours la planète MARS, qui ira côtoyer URANUS à son tour le MERCREDI 11 à 0,3 degré de distance apparente. À nouveau des jumelles (ou mieux un petit instrument) sont indispensables pour observer cette belle conjonction. Bref, si vous arrivez à voir Uranus en ce début de mois, vous mériterez de vives félicitations.

Ne quittons pas VÉNUS, qui resplendit toujours sur l’horizon ouest après le crépuscule, et suivons-la de soir en soir pour la voir grimper de plus en plus haut et se coucher de plus en plus tard après le Soleil. La beauté du spectacle est indicible. Le DIMANCHE 22 MARS se déroulera la scène la plus fabuleuse du mois, avec la présence auprès de la planète d’un mince croissant de Lune rehaussé de la magie de sa lumière cendrée. Je me répète, mais un croissant de Lune auprès de la planète Vénus est pour moi la plus belle composition céleste. La veille, le SAMEDI 21 c’est MARS qui reçoit la visite d’un mincissime croissant au ras de l’horizon ouest mais il sera bon de s’aider de jumelles pour repérer ce duo. Nous pouvons dire au revoir à la planète rouillée, dont la position apparente va se rapprocher de plus en plus de celle du Soleil, jusqu’à passer derrière lui à la mi-juin pour revenir ensuite dans le ciel du matin.

JUPITER continue sa belle prestation et nous invite à l’observer encore et encore. Redécouvrir la magie du globe jovien traversé de bandes équatoriales couleur d’automne et entouré des quatre brillants de ses satellites est toujours fascinant. La configuration de ces perles célestes est incroyablement nouvelle à chaque vision et leur ballet incessant s’enrichit en ce moment, nous l’avons déjà dit, de phénomènes mutuels (occultations, éclipses, formation de paires) entre ces satellites, pour la raison que nous voyons de profil le plan dans lequel ils se déplacent. Comme je l’expliquais ci-dessus pour la Terre, Jupiter est en période d’équinoxe, de sorte que le système jovien se présente de profil. Jupiter reçoit la visite de la Lune deux fois au cours du mois. Du LUNDI 2 AU MERCREDI 4 la Lune gibbeuse croissante passe au large de la constellation du LION, d’abord près de Jupiter le lundi pour croiser Régulus mardi et mercredi. Le lendemain, le JEUDI 5 se produit la PLEINE LUNE avec cette particularité qu’il s’agira de la plus petite de l’année pour la raison que notre satellite sera passé au plus loin de la Terre (à son apogée) dix heures auparavant. Du DIMANCHE 29 AU MARDI 31 le ciel redonne la scène du début du mois avec le passage de la Lune gibbeuse de Jupiter à Régulus. En position apparente la planète géante poursuit sa rétrogradation et continue à s’éloigner de Régulus en évoluant dans la constellation du Cancer. Comme les mois derniers elle forme avec Procyon et Sirius un immense triangle isocèle fortement aplati, mais la position maintenant verticale de ce triangle en première partie de nuit évoque plutôt un arc géant, bandé en position de tir.

SATURNE surgit de l’horizon est-sud-est en milieu de nuit et s’élève jusqu’à une vingtaine de degrés à l’orée de l’aube. Dans les mois à venir la planète aux anneaux va devenir de mieux en mieux observable mais si vous pouvez accéder à un instrument grossissant plusieurs dizaines de fois, la vision du système saturnien est dès maintenant tout à fait possible pour les observateurs du matin. Patience cependant, après son opposition de fin mai, ce sera le clou de l’été. Le ciel nous réserve un beau rendez-vous à l’aube du JEUDI 12 MARS avec la présence de la LUNE près de Saturne, le duo surplombant ANTARÈS du Scorpion.

Comment voit-on sur les étoiles que le printemps arrive ? C’est l’étoile ARCTURUS de la constellation du Bouvier qui annonce en avant-première la venue des étoiles d’été. En ce mois de mars, JUPITER trône sur l’horizon est, déjà haut dans le ciel, à droite de la majestueuse constellation du LION. Une ou deux heures après le début de la nuit apparaît à l’est-nord-est cette remarquable Arcturus, tout de même l’étoile la plus brillante du ciel boréal. C’est selon moi l’étoile la plus facile à repérer, car elle se trouve dans le prolongement de la courbe du manche de la casserole de la Grande Ourse (que chacun est supposé savoir trouver). En poursuivant cette même courbe on tombe sur la belle étoile SPICA, d’un blanc bleuté, qui va se lever une heure plus tard. Suivra encore une heure plus tard la star (!) de l’été VÉGA de la Lyre, puis DENEB du Cygne et enfin bien après ALTAÏR, ces trois dernières étoiles constituant le fameux Triangle d’été. Quand je vous disais qu’Arcturus menait le cortège des étoiles estivales !

La région située entre Arcturus et la constellation du Lion est remarquable. La dernière étoile bien visible du Lion, qui marque la queue de l’animal, s’appelle DENEBOLA. Remarquez alors le triangle isocèle qu’elle forme avec Arcturus et Spica, cette dernière marquant le sommet inférieur. On peut compléter ce triangle isocèle par une étoile modérément brillante, de magnitude 3, d’un beau blanc bleuté, trouvée à l’aplomb de la queue de la casserole : Cor Caroli. Vous avez devant vous le bien nommé LOSANGE DE PRINTEMPS formé donc de SPICA, ARCTURUS, COR CAROLI et DENEBOLA. L’intérieur de ce losange contient un splendide ruissellement d’étoiles auquel on a donné le nom évocateur de CHEVELURE DE BÉRÉNICE (qui constitue de nos jours une constellation, "Coma Berenices" en latin). Dans un ciel bien noir, la vision de cet amas est magnifique. Il a en outre une signification cosmologique essentielle. En effet la Chevelure de Bérénice indique la direction du pôle galactique, c’est-à-dire la direction dans laquelle pointe l’axe de rotation de notre Galaxie, perpendiculaire comme il se doit au plan de Voie Lactée. Au contraire de cette Voie Lactée qui rassemble un grand nombre d’étoiles et de poussières lorsque nous la regardons par la tranche, la direction de la Chevelure de Bérénice est relativement vide de matière et d’étoiles et constitue une sorte de fenêtre ouvrant sur les galaxies lointaines. C’est vers cette région que les astronomes effectuent des sondages profonds de l’Univers.


Le DIMANCHE 29 MARS marque le retour à l’HEURE D’ÉTÉ. À 2 heures il sera 3 heures. Pardonnez-moi de me répéter (hélas deux fois par an !) mais je soutiens la thèse que pour faire des économies d’énergie en nous rapprochant au mieux du rythme solaire il serait bon de rester toute l’année à l’heure d’été. La raison en est bien simple. Notre vie sociale se déroulant en gros de 8 à 8 alors que par définition le Soleil va de 6 à 6, le plus judicieux serait de faire coïncider les deux horaires en décidant qu’à 6 heures de temps solaire il est 8 heures de temps légal. Or cet ajustement de caractère arbitraire est la définition même de l’heure d’été. Voir
http://www.lacosmo.com/heure_d_ete.html
Maintenant qui aurait la naïveté de croire que ce sont les solutions les plus judicieuses, les plus économiques et les plus raisonnables qui sont adoptées ?

LE CHIFFRE DU MOIS : 3 ou 4. La Lune s’éloigne de la Terre à raison de 3 ou 4 centimètres par an. Peu importe la valeur exacte mais cette augmentation de distance signifie que le diamètre apparent de la Lune décroît, de sorte que la Lune, à terme, ne pourra plus occulter totalement le Soleil. "À terme" : quel terme ? Le calcul fournit pour la disparition des éclipses totales des échéances de l’ordre de plusieurs centaines de millions d’années, voire du milliard. Autant dire que cela ne concernera plus l’espèce humaine.

Bonnes nuits sous les étoiles !
Christian

MARS 2015 AU JOUR LE JOUR
Tous les soirs : Vénus la royale à l’ouest ; Jupiter souverain à l’est
En première partie de nuit : l’immense arc maintenant vertical formé de Jupiter , Procyon et Sirius ; Orion se couche sur l’horizon
Toutes les nuits : Arcturus se lève de plus en plus tôt et nous annonce les étoiles de printemps puis d’été ; c’est un des sommets du Losange de Printemps
Dimanche 1er : Uranus alignée avec Mars et Vénus (jumelles)
Du lundi 2 au mercredi 4 : une grosse Lune navigue près de Jupiter puis de Régulus du Lion
Mercredi 4 : Uranus collée contre Vénus (jumelles)
Jeudi 5 : Pleine Lune, la plus petite de l’année (passage à l’apogée le même jour)
Mercredi 11 : conjonction serrée entre Mars et Uranus
Jeudi 12 : au matin, rapprochement entre la Lune et Saturne au-dessus d’Antarès
Du dimanche 15 au mercredi 18 : le croissant de Lune du matin
Jeudi 19 : passage de la Lune au périgée
Vendredi 20 : Nouvelle Lune et éclipse partielle de Soleil de 9h10 à 11h50
Vendredi 20 : à 23h, équinoxe de mars, début du printemps dans l’hémisphère nord, les jours deviennent plus longs que les nuits
Du samedi 21 au mercredi 25 : le croissant lunaire du soir et sa lumière cendrée
Samedi 21 : le croissant lunaire à côté de Mars bas sur l’horizon ouest (jumelles)
Dimanche 22 : le spectacle saisissant du croissant de Lune à côté de Vénus
Dimanche 29 : retour à l’heure d’été, mais qu’on y reste donc (à 2 heures du matin il sera 3 heures)
Du dimanche 29 au mardi 31 : reprise de la scène de début du mois, la Lune voyage de Jupiter à Régulus
   

Mes sources d'information