Page d'accueil du site
de Christian Magnan

 
Le ciel du mois (par Christian Magnan)

Nota : si vous désirez mettre ce "ciel du mois" en favori utiliser l'adresse
http://www.lacosmo.com/lecieldumois/lecieldumois.html
La page ainsi adressée vous redirigera automatiquement vers le mois en cours  

LIENS


Page d'accueil du GRAAL


L'image astronomique du jour


Astronomy Picture of the Day


Le Soleil en direct de SOHO


Le Guide du Ciel


Ciel des Hommes


Images célestes


Le ciel au-dessus de nos têtes (en anglais)

aide à la connexion


Actualité de l'environnement Soleil-Terre (en anglais)


Sky and Telescope (en anglais)


ANPCNE : Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes



Allez observer le ciel


à l'observatoire d'Aniane



Le ciel de juin 2012

au jour le jour

le chiffre du mois

version imprimable du mois en cours   imprimante
Archives :

Le ciel de 2006 : | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre |
Le ciel de 2007 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre| décembre
Le ciel de 2008 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | début décembre | décembre
Le ciel de 2009 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet| août| septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2010 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin| juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2011 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2012 : | janvier | février | mars | avril | mai

croissant de Vénus
Le transit de Vénus en 2004

 

 

Bonjour à toutes, bonjour à tous !

 

L’événement céleste du mois est le PASSAGE DE LA PLANÈTE VÉNUS DEVANT LE SOLEIL LE MERCREDI 6 JUIN 2012. Vénus commençant son transit vers 0h et quittant le disque solaire à 6h55, le Soleil sera sous l’horizon en France durant la presque totalité du phénomène et nous ne pourrons assister qu’à sa toute fin. Au contraire les pays du Soleil de minuit seront aux premières loges. Disons tout de suite que pour les habitants de l’Hexagone le bref événement n’aura rien de spectaculaire, d’autant que des instruments seront nécessaires pour distinguer le minuscule disque noir de la planète occultant le bord du Soleil. Alors pourquoi faire toute une histoire de ce passage vénusien ? Pour deux raisons. D’abord un tel événement est rarissime. Les transits de Vénus se produisent par paires à 8 ans d’écart espacées alternativement de 105,5 ans et 121,5 ans. Le présent passage fait la paire avec celui du 8 juin 2004. La paire précédente datait des 9 décembre 1874 et 6 décembre 1882, la prochaine se produira les 11 décembre 2117 et 8 décembre 2125, dans 105,5 ans. Cela signifie qu’aucun être humain vivant aujourd’hui sur Terre ne pourra revoir un autre transit vénusien. Ensuite les passages de Vénus devant le Soleil ont une importance historique considérable car c’est par leur observation minutieuse que l’être humain a pu mesurer l’échelle du système solaire, et notamment la distance de la Terre au Soleil. Mon dernier livre « le théorème du jardin » raconte comment les astronomes du XVIIIe siècle ont coordonné leurs efforts à l’échelle mondiale pour observer les passages du 6 juin 1761 (magie: il y aura donc exactement  251 ans ce 6 juin 2012!) et du 3 juin 1769, réussissant à obtenir une mesure déjà correcte de la distance du Soleil. Les mesures du passage suivant, en 1874 et 1882, fourniront un chiffre encore plus exact. En résumant rapidement les choses on peut dire que la mesure précise de la distance du Soleil date des observations du dernier couple de passages de Vénus devant le Soleil, il y a 130 ans. Ce transit vénusien du 6 juin 2012 marque donc un bel anniversaire et mérite d’être célébré comme tel!
Je termine ce volet théorique en signalant que les transits de planètes sur des étoiles autres que le Soleil constituent un des moyens de découvrir des "exoplanètes", les moyens techniques actuels étant capables de détecter et mesurer la diminution de luminosité de l’étoile due au blocage de sa lumière par la planète qui l’occulte.

Concrètement que pourrons-nous voir? Rappelons avant tout que l’observation nécessite des précautions spéciales : que ce soit à l’œil nu ou à plus forte raison à travers un instrument  IL NE FAUT JAMAIS REGARDER LE SOLEIL SANS FILTRE PROTECTEUR. La première chose est de repérer un horizon nord-est parfaitement dégagé afin de pouvoir voir le Soleil se lever et l’observer durant les quelques dernières dizaines de minutes du passage de Vénus. Il sera bon de vérifier les jours précédents que le champ visuel est libre dans la direction souhaitée. À l’œil nu à travers des lunettes d’éclipse, la détection de Vénus au bord du disque solaire est possible, mais difficile. Avec des jumelles fixées sur un trépied on peut procéder de deux façons, soit en projetant l’image du Soleil sur un écran, soit plutôt en recouvrant les objectifs d’une feuille de filtre Astrosolar (attention, ne pas utiliser n’importe quel autre matériau) en fixant ce filtre avec des élastiques. Sinon il faut vous enquérir de passionnés du ciel autour de vous, qui sans doute ont programmé leur observation. La question de l’horaire est simple : au lever du Soleil Vénus sera sur le point de quitter le disque, puisqu’il commencera à le faire à partir de 6h37 pour sortir définitivement 18 minutes plus tard. Cherchez l’heure du lever du Soleil en votre lieu d’observation, par exemple sur le site Heavens-Above et vous en déduirez le temps qui vous est octroyé. D’ailleurs sur ce site indispensable, une page est consacrée à l’événement, indiquant les heures exactes du transit en tout point de la Terre. Les régions les plus privilégiées sont dans le quart nord-est de la France, là où le Soleil se lève le plus tôt (5h30 à Strasbourg, contre 5h50 à Paris et Nice, 6h04 à Montpellier, 6h26 à Bayonne). Sinon, événement mondial oblige, vous trouverez des images en direct sur la Toile, en particulier à partir des pages de la NASA et de très nombreuses photos seront publiées, notamment sur le fameux site Space Weather

Et sur les images du satellite SOHO, qui observe le Soleil en permanence, allez-vous me dire? Eh bien non, le transit ne sera pas visible depuis le satellite SOHO car ce dernier se situe à une distance telle de la Terre que la ligne de visée de Vénus ne rencontre pas le Soleil (c’est ce que l’on appelle l’effet de parallaxe, celui-là même qui est à la base de la mesure sur Terre de la distance de Vénus et du Soleil). En revanche, du vendredi 1er juin au lundi 11, nous verrons dans le champ du coronographe LASCO C3 la planète foncer vers le disque solaire puis s’en éloigner après le 6. Du 5 juin vers 18h au 6 juin vers 9h, Vénus traversera le champ plus étroit LASCO C2. Cerise sur le gâteau, mais cette fois en début de mois, la planète MERCURE frôle Vénus dans le champ LASCO C3 le vendredi 1er et le samedi 2 pour le rapprochement le plus serré de l’année entre les deux planètes internes. Curiosité visuelle : tandis que Vénus traverse le champ d’est en ouest, ce qui est consistant avec le fait qu’elle passe en conjonction inférieure, Mercure le traverse d’ouest en est après sa conjonction supérieure (derrière le Soleil) du 27 mai dernier. Si vous arrivez à visualiser les choses, souvenez-vous que toutes les planètes tournent autour du Soleil dans le sens direct (c’est-à-dire en sens inverse des aiguilles d’une montre) lorsqu’on les regarde dans leur plan de révolution depuis le côté nord de la Terre et du Soleil. Une planète passant devant le Soleil va donc de gauche à droite ; elle va de droite à gauche quand elle passe derrière. Ouf! Je sais que certain-e-s risquent d’être totalement largué-e-s par ces considérations de latéralisation, mais la conséquence concrète de cet état de fait est que Mercure va devenir étoile du soir (à l’est du Soleil, à gauche) quand Vénus va devenir étoile du matin (à l’ouest du Soleil, à droite). Dans l’hémisphère sud, je pense que cela doit être pareil, sauf que c’est tout le contraire (!) la gauche devenant la droite, le nord devenant le sud, et réciproquement. Re-ouf! Il est temps de repasser aux travaux pratiques concernant nos deux planètes.

Le VENDREDI 1er JUIN 2012 les plus motivé-e-s pourront tenter d’observer MERCURE et VÉNUS serrées l’une contre l’autre au ras de l’horizon ouest-nord-ouest, une vingtaine de minutes après le coucher du Soleil. Si le ciel est clair et en vous aidant de jumelles vous pourrez peut-être repérer les deux points lumineux : un défi à relever! MERCURE prend rapidement de la hauteur en début de mois et entame sa deuxième plus belle fenêtre d’observation de l’année. Comme je dis souvent, Mercure mérite d’être admirée pour sa beauté discrète. Elle reste visible tout le mois mais son éclat diminuant elle devient difficile à repérer vers la fin. Les deux soirées du JEUDI 21 et VENDREDI 22 verront notre planète brûlée visitée par un mince croissant de Lune. La chose remarquable en comparaison des prestations lunaires de mars-avril est que le croissant n’est plus en forme de sourire mais se montre au contraire en forme de parenthèse fermante. C’est le signe que l’écliptique est écrasé sur l’horizon, avec la conséquence que les planètes et la Lune sont  à faible hauteur et bien plus délicates à observer.

Après son transit solaire, VÉNUS devient donc étoile du matin et une bonne occasion de la retrouver se présente le LUNDI 18 JUIN lorsqu’un très mince croissant lunaire viendra l’accompagner vers l’est-nord-est. Je vous conseille de vous aider de jumelles pour observer si bas sur l’horizon dans le ciel déjà clair de l’aube. Suivez la planète au fil des matins: elle s’écarte du Soleil et son éclat ne cesse d’augmenter jusqu’à atteindre la magnitude -4,4. Vénus mérite aussi d’être admirée (!)

Ce mois de juin marque le retour de JUPITER. Retrouvez la planète géante en grande forme le matin du DIMANCHE 17 JUIN en compagnie d’un magnifique croissant de Lune situé au-dessus d’elle. Certes il faudra attendre le mois prochain pour recommencer à observer le ballet magique de ses quatre satellites mais en attendant on peut admirer la montée progressive dans le ciel de ce roi des planètes.

SATURNE parée de ses merveilleux anneaux reste observable à l’aide d’un instrument, mais les conditions se dégradent et il faut la pointer le plus rapidement possible dans le mois. La planète forme toujours un duo remarquable avec SPICA de la Vierge. La planète MARS reste très petite à travers un instrument mais à l’œil nu son éclat orangé se remarque. On aura noté combien elle s’est éloignée de RÉGULUS, l’étoile principale du Lion (en se déplaçant donc vers l’est!). Elle a rejoint la constellation de la Vierge et se trouvera le LUNDI 25 et le MARDI 26 à côté de l’étoile ZAVIJAVA au-dessus de la Lune. Le mercredi 27 le rapprochement sera maximum et l’étoile double occasionnelle sera intéressante à observer aux jumelles.

Au chapitre des rendez-vous lunaires on peut ajouter le coucher de la Pleine Lune le matin du LUNDI 4 JUIN, une Lune qui va subir une éclipse partielle (la première de l’année), visible seulement aux antipodes, et le passage de la Lune gibbeuse croissante d’un côté à l’autre du duo SATURNE-SPICA les MERCREDI 27 et JEUDI 28.

Le JEUDI 21 JUIN, jour du solstice, marque le début de l’été dans l’hémisphère nord (la saison la plus longue, avec 93,65 jours). C’est le jour de l’année où le Soleil se lève le plus au nord et semble donc "stationner" (c’est la signification du mot "solstice") avant de revenir en arrière en se décalant vers le sud. La nuit est la plus courte, mais, espoir pour les amoureux des étoiles, ces nuits vont progressivement rallonger.
Que l'été arrive se constate le soir sur le ciel du côté est car on y voit les étoiles de l'été se lever de plus en plus tôt au fil des nuits. La brillante VÉGA apparaît la première au nord-est, accompagnée du petit losange dessinant la constellation de la Lyre. Puis lui succèdent DENEB de la constellation du Cygne (formant une immense croix) au nord-nord-est et ALTAÏR de l'Aigle (formant un V majuscule) à l'est. Ces trois étoiles constituent le fameux triangle d'été, le pont aux ânes (!) de tout astronome amateur.

LE CHIFFRE DU MOIS : 150 millions de kilomètres, soit 500 secondes de lumière. C'est la distance moyenne de la Terre au Soleil, désignée sous le nom d'unité astronomique (UA, ou AU en anglais). Elle donne l’échelle des distances dans le système solaire et a été obtenue à partir des observations des passages de Vénus devant le Soleil. Le 6 juin 2012, Vénus sera à 0,29 UA (soit 43,5 millions de kilomètres) de la Terre. C’est la science qui nous apprend combien le monde est hors de notre portée, et ce à un point impossible à imaginer.

Bonnes nuits sous les étoiles
Christian

JUIN 2012 AU JOUR LE JOUR
Tous les soirs : Mercure sur l’horizon ouest-nord-ouest (difficile en fin de mois)
Tous les soirs, à l’est : le lever du Triangle d’été (Véga, Deneb, Altaïr)
Du 1er au 11 : Vénus traverse d’est en ouest le champ LASCO C3 de la sonde SOHO
Mercredi 1er au soir : le couple Mercure-Vénus bas sur l’horizon ouest-nord-ouest (difficile)
Le 1er et le 2 : Mercure serre Vénus de près puis quitte le champ du coronographe LASCO C3
Lundi 4 : Pleine Lune
Mercredi 6 : passage de Vénus devant le Soleil, le dernier du XXIe siècle (pas de séance de rattrapage)
Du mercredi 13 au lundi 18 : le croissant lunaire du matin
Dimanche 17 au matin : conjonction entre Jupiter et le croissant lunaire à l’horizon est-nord-est
Lundi 18 au matin : Vénus à côté d’un mince croissant lunaire (difficile)
Mardi 19 : Nouvelle Lune (et nuits sans Lune autour de cette date)
Jeudi 21 : solstice de juin, début de l’été dans l’hémisphère nord
Du jeudi 21 au dimanche 25 : le croissant de Lune du soir
Jeudi 21 et vendredi 22 : le croissant lunaire du soir et Mercure
Du lundi 25 au jeudi 28 : la Lune passe de Mars à Spica et Saturne
Mercredi 27 : Mars tout près de Zavijava
Samedi 30 : une seconde intercalaire est introduite au terme de la journée. La séquence des marqueurs de temps UTC est donc : 30 juin 2012 23h 59m 59s, 30 juin 2012 23h 59m 60s et 1er juillet 2012 0h 00m 00s. Des secondes intercalaires peuvent être introduites à la fin des mois de juin ou de décembre pour tenir compte des irrégularités de la rotation terrestre dues au ralentissement séculaire. (lu sur les éphémérides de la Société Astronomique de France)

   

Mes sources d'information