Page d'accueil du site
de Christian Magnan

 
Le ciel du mois (par Christian Magnan)

Nota : si vous désirez mettre ce "ciel du mois" en favori utiliser l'adresse
http://www.lacosmo.com/lecieldumois/lecieldumois.html
La page ainsi adressée vous redirigera automatiquement vers le mois en cours  

LIENS


L'image astronomique du jour


Astronomy Picture of the Day


Le Soleil en direct de SOHO


Le Guide du Ciel


Ciel des Hommes


Images célestes


Le ciel au-dessus de nos têtes (en anglais)

aide à la connexion


Actualité de l'environnement Soleil-Terre (en anglais)


Sky and Telescope (en anglais)


ANPCNE : Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes



Un astronome professionnel retrace pour vous le cheminement patient de la pensée scientifique moderne, vous guide dans une visite grandiose de l'Univers, vous raconte la folle histoire des étoiles et vous révèle la place de l'espèce humaine dans un cosmos qui ne l'attendait pas.

L'auteur se permet en outre de dénoncer les graves dérives conceptuelles d'une science contemporaine courant à sa perte sous l'effet d'un productivisme effréné.

Voici un ouvrage unique en son genre qui vous donnera à penser!

 

couverture

Paru en novembre 2011

Édité par Guillaume Cannat (amds-edition)
Disponible en commande immédiate
dédicace possible de l'auteur

L'image de couverture représente l'éclipse totale de Soleil du 11 juillet 2010 à l'île de Pâques (cliché de Guillaume Blanchard)


Allez observer le ciel


à l'observatoire d'Aniane



Le ciel de juin 2014

au jour le jour

le chiffre du mois

version imprimable du mois en cours   imprimante
Archives :

Le ciel de 2006 : | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre |
Le ciel de 2007 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre| décembre
Le ciel de 2008 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | début décembre | décembre
Le ciel de 2009 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet| août| septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2010 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin| juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2011 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2012 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2013 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2014 : | janvier | février | mars | avril | mai

Saturne vue par la sonde Cassini
Analemme au temple d'Apollon

 

 

Bonjour à toutes, bonjour à tous !

 

En juin, le mois le plus pauvre en heures de nuit, il faut soigneusement repérer les phénomènes à ne pas manquer. Consultons le programme !

L’ouverture du mois, le DIMANCHE 1er JUIN est particulièrement réussie avec une rencontre le soir, une heure et demie après le coucher du Soleil sur l’horizon ouest-nord-ouest, entre le LE CROISSANT LUNAIRE ET JUPITER. L’éclat de la planète se marie avec l’éclairage plus doux d’un croissant de Lune enserrant sa magique lumière cendrée sur un fond de ciel paré des couleurs du crépuscule. Attention ! La planète si brillante est bien Jupiter et non, comme certains pourraient le croire, Vénus, laquelle est en ce moment Étoile du matin. Il est vrai que l’on peut confondre les deux astres et que seul un suivi du ciel de mois en mois (comme vous le faites) permet d’identifier ce que l’on voit. Profitez de cette dernière belle conjonction de l’année entre la Lune et Jupiter car, amorçant une chute vers la position apparente du Soleil, la planète est appelée à disparaître dans les semaines à venir dans la lumière de l’astre du jour, derrière lequel elle passera fin juillet.

Le lendemain LUNDI 2 JUIN le disque lunaire sera passé des Gémeaux au Cancer et avec des jumelles si le ciel est pur vous pourrez voir au-dessus de la Lune le petit groupe d’étoiles de la CRÈCHE, un amas que j’affectionne particulièrement et dont on a découvert la nature à l’époque des premières observations de Galilée. Puis, entrant dans le Lion, la Lune ira rendre visite à son étoile principale RÉGULUS le MERCREDI 4, un jour avant le Premier Quartier.

La conjonction remarquable suivante du mois avec la Lune se produit le SAMEDI 7 JUIN et concerne la planète MARS que l’on verra briller de sa lumière rouge orangée caractéristique près du disque lunaire, lequel aura pris une forme plus ovale, qualifiée de "gibbeuse" (mot dérivé du latin gibbus ou gibbosus désignant une bosse). La planète rouillée est toujours dans la constellation de la Vierge et je vous engage à suivre de nuit en nuit son déplacement spectaculaire par rapport aux étoiles. Mars part du voisinage de Porrima et se rapproche peu à peu de la brillante SPICA (qu’elle rejoindra à la mi-juillet).

Le DIMANCHE 8 c’est au tour de cette SPICA de recevoir la visite de la Lune. On pourra admirer le faible écart, de moins de 1°, séparant l’étoile et notre satellite. C’est l’occasion de nous rappeler que le mot latin "spica" désigne un épi de blé (l’étoile est d’ailleurs souvent désignée comme l’Épi de la Vierge), nom choisi à l’époque ancienne quand la constellation, dont l’apparition coïncidait avec la saison des récoltes, était symbole de fertilité agricole.

Gémeaux le 1er juin, puis Cancer, Lion, Vierge et maintenant Balance le MARDI 10 JUIN, lorsque la Lune, poursuivant son trajet mensuel sur le zodiaque, jouxte SATURNE sur l’horizon sud en début de nuit. Ce soir-là Saturne sera facile à repérer mais la planète est observable toutes les nuits et je vous engage toujours vivement à participer à une soirée d’observation pour grand public, ou en privé, afin de découvrir le spectacle inoubliable des anneaux entourant le globe planétaire. Je redis que ces anneaux ne sont visibles qu’à travers un véritable instrument astronomique, des jumelles ne grossissant pas assez pour les distinguer.

VENDREDI 13 c’est la PLEINE LUNE. Je ne résiste pas au plaisir de vous livrer cette curiosité sur les vendredis 13, lue dans le fameux "Guide du Ciel de juin 2014 à juin 2015" de notre excellent Guillaume Cannat : "Entre 1582 et 1982 il y a eu 685 lundis 13, 685 mardis 13, 687 mercredis 13, 684 jeudis 13,688 vendredis 13, 684 samedis 13 et 687 dimanches 13". Avec une Pleine Lune un vendredi 13, il faut s’attendre à une ruée dans les maternités avec des bébés promis à un avenir chanceux. Plus sérieusement, comme vous le savez, les Pleines Lunes d’été sont particulièrement basses sur l’horizon puisque, opposées au Soleil, elles occupent la position du Soleil en hiver. Ce jour de Pleine Lune notre satellite franchit le méridien à quelque 26° à Montpellier et à 21° à Paris.

C’est plus précisément le SAMEDI 21 JUIN que l’été commence dans l’hémisphère nord. Cette date du SOLSTICE DE JUIN n’est pas arbitraire et correspond à la durée du jour la plus longue de l’année. C’est en même temps celle où l’axe de rotation de la Terre, incliné de 23,4° par rapport à la perpendiculaire au plan de son orbite, est le plus penché vers le Soleil. Ainsi les régions polaires arctiques et l’hémisphère boréal sont tournés vers le Soleil et reçoivent plus de lumière. Vu du sol le Soleil est plus haut dans le ciel dans notre hémisphère, le Soleil culminant au sud à midi solaire à quelque 65° à Paris et 70° à Montpellier. Lorsqu’on photographie le Soleil dans le ciel tous les jours à la même heure (c’est une véritable prouesse technique !) on obtient ce que l’on appelle une analemme (j’a-do-re cette figure) sur laquelle on repère immédiatement les points les plus hauts et les plus bas, correspondant  à la date des solstices, moment auquel le Soleil, ayant atteint un maximum ou un minimum d’altitude, est stationnaire (d’où le mot "solstice", venant de sol, soleil, et stare, s’arrêter) avant de repartir dans l’autre sens. Après le 21 juin, le Soleil verra son altitude diminuer à heure donnée et se lèvera aussi de plus en plus vers le sud (bien entendu du côté est), ce qui conduira la durée du jour à raccourcir. Toutes choses que tout un chacun peut facilement constater, y compris dans les écoles ! Pour les astronomes amateurs d’étoiles, c’est l’espoir, puisqu’après le 21 juin la durée des nuits augmente.

Le ciel nous offre un petit cadeau pour ce jour du solstice : la possibilité d’observer la planète URANUS que sans doute peu d’entre vous ont jamais vue. Il se trouve que le croissant de Lune indique précisément ce matin-là la position de la planète géante, découverte en 1781 par Herschel et dont les perturbations de l’orbite conduiront à la découverte de la planète perturbatrice NEPTUNE en 1846. Uranus, septième planète du système solaire, se situe en effet ce 21 juin à moins de 0,5° du croissant de Lune. À observer quelque trois heures avant le lever du Soleil, ce qui nous met vers 3 heures à Montpellier. Aux jumelles la planète est l’astre le plus proche de la Lune parmi d’autres étoiles du voisinage, et, plus intéressant, à travers un instrument astronomique grossissant une trentaine de fois, vous distinguerez le petit disque bleuté de la planète. Vous avez vu Uranus ! C’est formidable.

Le croissant lunaire poursuit sa route vers le Soleil les matins suivants pour croiser la planète VÉNUS en passant d’un côté à l’autre de cette dernière du MARDI 24 AU MERCREDI 25. La reine des planètes nous salue tous les matins sur l’horizon est-nord-est et demeure l’astre le plus brillant du ciel (sans compter le Soleil et la Lune évidemment) avec une magnitude de -4. Elle va rester avec nous encore jusqu’à fin septembre mais la répétition n’est pas une raison pour négliger notre belle ÉTOILE DU MATIN. Peut-on se lasser de la planète de la déesse de l’amour ?

J’ai signalé le mois dernier le lever de plus en plus précoce du TRIANGLE D’ÉTÉ. Les trois étoiles qui en marquent les sommets, VÉGA, DENEB ET ALTAÏR sont maintenant bien présentes dans le ciel en début de nuit mais je vous propose de vous attarder sur la constellation du SCORPION qui elle aussi apparaît de plus en plus tôt. Située sur le zodiaque après la constellation de la Balance (qui abrite donc en ce moment Saturne) son étoile principale est ANTARÈS, dont la couleur rouge et l’éclat rappellent ceux de la planète Mars, d’où son nom de "rivale de Mars", ou anti-Mars, ou Anti-Arès, Arès étant le dieu de la guerre dans la mythologie grecque. La couleur d’Antarès indique que l’étoile est une supergéante de température relativement basse (quelque 3000 degrés, ce qui pour une étoile est faible). C’est une étoile en fin de vie, qui a peut-être déjà explosé sous forme de supernova et disparu, mais dans ce cas nous ne le saurons que plusieurs centaines d’années après l’explosion, le temps que la lumière parcoure la distance qui sépare l’étoile de la Terre. Bluffant. La constellation du Scorpion est visible tout l’été et marque le départ de la Voie Lactée côté sud dans notre ciel nocturne. Elle est l’une des rares figures stellaires à dessiner tant soit peu l’animal dont elle porte le nom car on peut facilement imaginer les pinces du Scorpion et la queue portant le dard empoisonné. À vous de voir !

LE CHIFFRE DU MOIS : 70. 70 kilomètres par seconde, c’est la vitesse de récession d’une galaxie située à 1 mégaparsec (soit 3,3 millions d’années de lumière) de distance. 70 km/s par mégaparsec, c’est la valeur de la constante de Hubble. Cette "constante", qui mesure le taux d’expansion de l’Univers, n’est d’ailleurs pas constante (!) Elle décroit avec le temps, conformément au modèle de Friedmann, mais contrairement aux déclarations insensées des cosmologistes soutenant qu’elle augmenterait. La vitesse d’expansion irait en s’accélérant : le dogme a été sottement entériné à la hâte par le jury Nobel 2011 sans attendre la validation du milieu scientifique. La raison très simple sur lesquelles se fonde mon jugement définitif est que nul spécialiste ne sait comment passer de la vitesse de récession des galaxies (ce que l’on observe) à la vitesse d’expansion de l’espace (un des paramètres des modèles d’univers théoriques). Alors, bonjour l’incohérence de l’analyse ! Tous les détails de la farce sont donnés dans mon livre "le théorème du jardin", qui, revu et augmenté, vient d’être réédité. Outre un plaidoyer pour le retour à une science de vérité, il contient une annexe rassemblant les "chiffres du mois", que nombre d’entre vous apprécient. Chouette, non ?

Bonnes nuits sous les étoiles
Christian

JUIN 2014 AU JOUR LE JOUR
Tout le mois, de nuit en nuit : Mars navigue de Porrima à Spica
Toute la nuit : Saturne à observer, si possible à travers un instrument
Tous les matins : Vénus nous accueille à l’est-nord-est
Dimanche 1er : le soir à l’ouest-nord-ouest le croissant lunaire rencontre Jupiter
Lundi 2 : le soir sur l’horizon ouest la Lune passe sous l’amas de la Crèche
Mercredi 4 : conjonction entre la Lune près de son premier quartier et Régulus
Samedi 7 : la Lune gibbeuse passe près de Mars
Dimanche 8 : conjonction rapprochée de la Lune avec Spica
Mardi 10 : la Lune jouxte Saturne
Vendredi 13 : Pleine Lune
Du 14 au 25 : Mercure traverse le champ du coronographe LASCO C3 de la sonde SOHO ; en conjonction inférieure le 19
Samedi 21 : Uranus observable près du croissant lunaire du matin ; solstice de juin et fête de la musique
Du samedi 21 au mercredi 25 : le croissant lunaire du matin
Mardi 24 et mercredi 25 : le croissant passe d’un côté à l’autre de Vénus vers l’horizon est-nord-est
Vendredi 27 : Nouvelle Lune ; ciel sans la Lune autour de cette date
Samedi 29 et lundi 30 : le croissant de Lune du soir


   

Mes sources d'information