Page d'accueil du site
de Christian Magnan

Le ciel du mois (par Christian Magnan)

LIENS


Page d'accueil du GRAAL


L'image astronomique du jour


Astronomy Picture of the Day


Le Soleil en direct de SOHO


Le Guide du Ciel


Ciel des Hommes


Images célestes


Le ciel au-dessus de nos têtes (en anglais)


Actualité de l'environnement Soleil-Terre (en anglais)


Sky and Telescope (en anglais)


 

Le ciel de juillet 2008

version imprimable du mois en cours   imprimante
Archives :

Le ciel de 2006 : | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre |
Le ciel de 2007 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre| décembre
Le ciel de 2008 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin

jupiter
La planète Jupiter

 

 

Bonjour à toutes, bonjour à tous !

 

La bonne nouvelle pour les fervent-e-s du ciel c'est que dans notre hémisphère boréal les nuits vont voir leur durée augmenter jusqu'au solstice de décembre. Sur le mois de juillet nous gagnons une heure d'étoiles supplémentaire. A nous d'en profiter!

Je signalais le mois dernier la course impressionnante de la planète MARS vers RÉGULUS et SATURNE, que vous avez peut-être eu l'occasion d'observer malgré une météo catastrophe pour les astronomes. La fin du spectacle arrive avec le rapprochement ultime de ce trio magique, à voir le soir vers 23 heures. Par ordre de luminosité Saturne est l'astre le plus brillant, de couleur or, puis suit Régulus d'un blanc bleuté et Mars la planète orangée. L'observation est un peu délicate car le Lion se couche peu après le Soleil et la scène se déroule bas sur l'horizon avec un ciel encore un peu clair. La parade à ces difficultés est de trouver un horizon ouest bien dégagé et d'utiliser des jumelles. Le soir du MARDI 1er JUILLET 2008 Mars sera tout près de Régulus, formant avec l'étoile un astre double magnifique. Puis Mars continuera sa course vers l'est (la gauche!) pour atteindre Saturne le JEUDI 10 JUILLET. Les mois suivants la planète rouillée aura disparu du ciel nocturne, restant trop près du Soleil pour être visible, et ne réapparaîtra qu'en février 2009.

Reine de la nuit, la planète du mois est JUPITER. La période d'observation est particulièrement favorable car la planète géante passe à l'opposition le 9 juillet, ce qui signifie que Soleil, Terre et Jupiter sont alignés dans cet ordre, et que par conséquent la planète est pour nous "à l'opposé" du Soleil. Cette situation présente deux avantages. D'abord la planète se lève lorsque le Soleil se couche (comme le fait une honnête Pleine Lune) et reste donc visible toute la nuit. Ensuite c'est à cette période que la distance entre la Terre et Jupiter est la plus petite. En effet en gros la planète géante décrit autour du Soleil un cercle concentrique à celui que décrit la Terre et de plus grand rayon (5,2 fois plus grand que le rayon de l'orbite terrestre, nommé "unité astronomique", ou UA). Lors de l'opposition la distance entre les deux planètes est égale à la différence entre les rayons, soit 4,2 UA tandis que dans la situation inverse, lorsque Soleil et Jupiter sont du même côté (on parle alors de conjonction) la distance Terre-Jupiter est la somme des deux rayons, soit 6,2UA, ou 50% de plus qu'à l'opposition. C'est en ce moment que le diamètre apparent de notre géante est le plus grand. Un instrument, même modeste, vous montrera un disque aplati par la rotation rapide de la planète sur elle-même (elle fait un tour en 10 heures, ce qui correspond à la vitesse équatoriale décoiffante de 13 km/s) et vous distinguerez des bandes nuageuses parallèles à l'équateur. Jupiter est vraiment la cible de choix pour quiconque vient d'hériter d'un instrument astronomique.

C'est la grande taille de Jupiter qui explique la force de son éclat, comparable seulement à celui de Vénus (par ailleurs difficilement visible ce mois-ci). Jupiter est située environ 7 fois plus loin du Soleil que Vénus et reçoit donc par unité de surface de la part de ce dernier 50 fois moins de lumière (l'énergie reçue est inversement proportionnelle au carré de la distance). Jupiter est également située plus loin que Vénus de la Terre, ce qui fait intervenir à nouveau le carré du rapport de distance correspondant, rapport qui vaut environ 2,5 en ce moment. A taille égale, Jupiter devrait être 2,5x2,5x50 (soit plus de 300) fois moins brillante que Vénus. Mais il se trouve que son diamètre réel est presque 12 fois plus grand, et donc sa surface plus de 100 fois plus grande que celle de Vénus. Ce facteur compensant en partie le premier, les deux planètes se retrouvent d'éclat comparable.

Le seul point faible dans l'observation de Jupiter réside dans la hauteur médiocre de l'astre au-dessus de l'horizon, de sorte qu'il vaut mieux attendre le milieu de la nuit lorsqu'il est au plus haut au sud pour le pointer, mais la planète et ses quatre satellites IO, EUROPE, GANYMÈDE et CALLISTO, sont tellement accessibles (de bonnes jumelles fixées sur un trépied suffisent) que cette position défavorable ne doit pas vous dissuader d'admirer la géante aux quatre lunes. Je suis toujours fasciné par le nombre inépuisable de configurations différentes que peuvent engendrer les quatre points brillants (rarement parfaitement alignés il est vrai, ce qui ajoute de l'imprévu) tournant autour de la bille centrale.

Fidèle à son rythme approximativement mensuel la Lune nous gratifie de ses magnifiques croissants remplis de cette lumière fantomatique si bien nommée "cendrée", reflet du clair de Terre qui règne là-bas. Je rappelle que si la Terre ne bouge pas (au faible mouvement dit de "libration" près) dans le ciel des sélénites, elle passe par toutes les phases possibles depuis la nouvelle Terre toute sombre (avec vision des éclairages artificiels intempestifs des terriens) à la pleine Terre (illuminant les lieux situés précisément pour nous dans la "portion cendrée"). Les CROISSANTS DU SOIR sont pour les nuits du SAMEDI 5 au LUNDI 7 JUILLET, soulignant le bel alignement de Régulus, Mars et Saturne, et valent assurément un détour visuel. Les CROISSANTS DU MATIN, en ce moment en forme de sourire, sont pour la fin du mois, du MARDI 29 au JEUDI 31 JUILLET.

Scoop: quand juillet se termine, la Lune est à quelques heures de passer devant le disque solaire pour produire le VENDREDI 1° AOÛT de 10 à 11h (en temps universel) une ÉCLIPSE TOTALE DE SOLEIL visible en Sibérie et dans le nord de la Chine (précisons tout de suite qu'on ne verra quasiment rien depuis la France). J'envie terriblement les futurs spectateurs de ce spectacle d'une beauté inimaginable et espère que la météo leur sera favorable. Voir les détails sur le site
http://www.chez.com/lepithec/eclipse/2008.htm
Et puis je vais vous dire: puisque l'époque est à la mondialisation, comme on dit, et à la sur-sur-médiation de tout événement (ou non-événement), pas forcément digne d'intérêt (doux euphémisme), cette éclipse totale mérite, elle, à mes yeux de devenir un phénomène de dimension planétaire. Conclusion simple: restez branchés (outre-atlantique ils disent: "stay tuned"). Il y aura du beau spectacle, en direct et en différé.

Quant à la PLEINE LUNE du mois, les Sherlock Holmes et autres Docteur Watson qui me lisent ont déduit des indices déposés dans ce message qu'elle se produira au voisinage de la planète Jupiter. On pourra vérifier que du MERCREDI 16 au JEUDI 17 JUILLET le globe lunaire fortement arrondi passera de la droite à la gauche du point si lumineux de la planète géante. La pleine Lune se produit exactement le 18 à 10h.

Il serait injuste d'oublier la planète MERCURE, qui a pour moi la lumineuse beauté de sa discrétion. Pour la mériter il faut aller la chercher en début de mois avec des jumelles au-dessus de l'horizon est-nord-est vers 5h15, environ 45 minutes avant le lever du Soleil. La planète atteint la magnitude -1 ("plus c'est négatif, plus c'est brillant") à la mi-juillet mais par la suite disparaîtra rapidement à notre vue en plongeant dans l'éclat du Soleil. Si notre planète est si brillante, ce n'est pas à cause de sa taille, plutôt petite (son rayon est 0,38 fois celui de la Terre), mais de sa proximité au Soleil. Avec une distance à celui-ci de 0,4 UA contre 5,2 UA pour Jupiter, elle reçoit près de 200 fois plus de lumière par unité de surface que la lointaine géante.

Ce que je vous souhaite par dessus tout en cette période qui conduira certain-e-s à s'éloigner de la funeste lumière artificielle des villes qui efface nos étoiles, c'est de pouvoir admirer tout simplement un ciel délivré de pollution lumineuse. Une telle occasion se fait de plus en plus rare, et c'est tout un pan de notre civilisation qui disparaît du même coup. Nous sommes nés de cieux étoilés, alors que nos ancêtres pas si lointains évoluaient sous une tapisserie étincelante que nous ne connaissons plus maintenant. Alors j'espère que ces mois dits de vacances nous donneront l'occasion de redécouvrir un spectacle maintenant si rare, propre peut-être à remettre les choses en perspective.

L'une des constellations emblématiques de ce mois-ci est le SCORPION, bien reconnaissable sur l'horizon sud et l'une des seules à évoquer l'animal dont elle porte le nom, avec ses pattes et sa queue menaçantes.
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/5/52/Scorpius_constellation_map.png
Son étoile principale, ANTARÈS (ce qui signifie, anti-Arès, la rivale de Mars) est, dans le jargon des astronomes, une supergéante rouge. Cela signifie qu'elle est énorme, au point que si on la mettait à la place du Soleil elle engloberait l'orbite de la Terre et de Mars, et que pour une étoile sa température est relativement faible, de l'ordre de 3600 kelvins, de ce qui lui confère une couleur rouge (tandis que les étoiles plus chaudes sont jaunes comme Arcturus ou bleues comme Véga). Cette région du ciel, à côté du SAGITTAIRE, qui évoque selon sa propre culture un Centaure prêt à tirer sa flèche ou plus prosaïquement une théière
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sagittaire_(constellation)
occupe une place de choix dans le ciel. En effet c'est dans cette direction que se situe le centre de notre Galaxie, cet immense nuage aplati regroupant dans ses spirales environ deux cents milliards d'étoiles plus ou moins semblables à notre Soleil. Vers le Scorpion et le Sagittaire, nous sondons les régions les plus denses de notre Galaxie, ce qui explique le nombre important d'amas stellaires que l'on peut observer dans cette direction. En poursuivant par la pensée notre chemin vers le cœur de notre Galaxie, nous touchons (façon de parler!) à la dimension d'une "particule" d'univers, en quelque sorte, puisque notre Univers est lui-même constitué de quelques milliers de milliards de galaxies individuelles. Pour venir du centre de notre Voie Lactée et être perçue sur Terre il faut à la lumière environ trente mille années de temps. Mesurable mais inconcevable. Et inversement.

Retour sur Terre mais en continuant à scruter le ciel: les passages de la STATION SPATIALE INTERNATIONALE (ISS) au-dessus de la France visibles le matin ou le soir reprennent leur rythme interrompu depuis plusieurs semaines. Comme vous le savez vous pouvez consulter les horaires pour n'importe quel lieu d'observation sur Heavens-Above, en anglais
http://www.heavens-above.com/
Je suis toujours ébahi devant l'ignorance du public vis-à-vis de l'existence de ce gigantesque engin tournant autour de la Terre avec quelques travailleurs de l'espace à bord et je vous promets votre petit succès si vous jouez les magicien-ne-s du ciel en prédisant puis montrant autour de vous un passage de l'ISS. A vous de préparer votre coup, en procédant à un entraînement préalable sans public. Incidemment je vous rappelle que la magnitude du passage est indiquée sur Heavens-Abovbe et que "plus c'est négatif, plus c'est brillant". (Par exemple à Montpellier le passage du 7 juillet, à -2,3, mais à 4h du matin, est brillantissime.) Malgré les méchancetés que je profère à l'égard de cette expérience à mes yeux fort coûteuse et inutile, je reconnais que le passage de l'ISS au-dessus de nos têtes est un beau spectacle. Pour terminer je signale tout de même que les passages du soir, plus accessibles au plus grand nombre, ne commencent que le 20 juillet. Bonne chance

Plus je suis noire, plus je suis lumineuse: qui suis-je?
Bonnes nuits sous les étoiles.
Christian
   

Mes sources d'information