Page d'accueil du site
de Christian Magnan

Le ciel du mois (par Christian Magnan)

LIENS


Page d'accueil du GRAAL


Le Soleil en direct de SOHO


Le Guide du Ciel


Ciel des Hommes


Images célestes


Le ciel au-dessus de nos têtes (en anglais)


Actualité de l'environnement Soleil-Terre (en anglais)


Sky and Telescope (en anglais)


 

Le ciel d'août 2006

version imprimable du mois en cours   imprimante
Archives :

Le ciel de 2006 : | avril | mai | juin | juillet |

station spatiale
La station spatiale internationale
en juillet 2006

 

 

Bonjour à toutes, bonjour à tous !

 

L'été, c'est le temps des festivals... voici le programme du spectacle gratuit donné au-dessus de nos têtes. Rendez-vous d'astres, constellations nouvelles, étoiles filantes de la mi-août : de quoi nous régaler !

Le mois s'ouvre par le passage de la LUNE en dessous de JUPITER, l'astre le plus brillant du soir visible vers le sud. Regardez le premier quartier défiler sous la planète géante le MARDI 1er et le MERCREDI 2 AOÛT une heure après le coucher du Soleil, soit vers 22h15 à Montpellier. Les astres sont bas sur l'horizon sous nos latitudes européennes, mais si la route des vacances vous a conduits sous les tropiques (on peut toujours rêver) Jupiter sera bien plus haut dans le ciel.

LE VENDREDI 4 AOÛT, toujours une bonne heure après le coucher du Soleil, la Lune gibbeuse est dans la constellation du Scorpion (l'une des splendides constellations d'été) et voisinera son étoile la plus brillante, ANTARÈS (vous vous rappelez : étymologiquement "Anti-Arès", signifiant "rivale de Mars"). Plus curieux notre satellite occulte au même moment l'étoile de magnitude 2,8 Tau du Scorpion. L'étoile disparaît vers 22h13 (l'heure dépend un peu du lieu d'observation) et réapparaît vers 23h. Une très belle occultation (qui sait ? peut-être la première pour vous sourire ) à voir dans des jumelles (si possible fixées sur pied). Seule ombre au tableau, la turbulence et l'absorption atmosphérique sont d'autant plus fortes que la scène se déroule bas sur l'horizon (je parle de ceux et celles qui ne sont pas sous les tropiques).

Voici un schéma de ces rencontres célestes emprunté à Sky and Telescope (la position de la Lune, valable plutôt pour les États-Unis, est un peu décalée par rapport à celle observée en France)

ciel août

C'est dans le CIEL DU MATIN que se jouent de sympathiques ballets planétaires. D'abord MERCURE, planète à la fois réservée et brillante, revient dans le ciel matinal. Elle est visible dans la première quinzaine du mois (dès le 1er août), au-dessus de l'horizon est-nord-est, en dessous de la somptueuse VÉNUS (qui accompagne, on ne s'en plaindra pas, notre réveil). Personnellement, je m'aide toujours de jumelles pour repérer Mercure. C'est le VENDREDI 11 AOÛT AU MATIN que les deux planètes seront les plus proches l'une de l'autre, ce qui permettra de trouver plus facilement Mercure (de magnitude -0,4 contre -4 pour Vénus l'insurpassable). Spectacle à savourer une heure avant le lever du Soleil, soit vers 5h45 à Montpellier.

La planète SATURNE fait son entrée en scène dans ce ciel d'aurore à partir du LUNDI 21 AOÛT, matin où elle côtoie MERCURE à seulement un demi-degré d'écart (soit un diamètre de Pleine Lune), comme vous pourrez le constater en regardant sur l'horizon est-nord-est (vers 6h15 à Montpellier). Un beau tableau que de voir la planète calcinée et la géante aux anneaux réunies dans un même champ visuel. Surtout lorsqu'on pense que parmi les cinq planètes visibles à l'oeil nu, Mercure est la plus proche du Soleil (à 3,2 minutes de lumière) et Saturne, la plus éloignée (à 1h20m de lumière). Cerise sur le gâteau, comme on dit, un mince croissant de Lune s'invite sur scène le MARDI 22 AOÛT, toujours quelque quarante-cinq minutes avant le lever du Soleil (soit 6h15), et se place à côté de Vénus. Je récapitule : le croissant de Lune, Vénus (mag. -4), Saturne (mag. 1), Mercure (mag. -1,4).

Mais le clou de cette parade planétaire est réservé au DIMANCHE 27 AOÛT au matin (vers 6 heures à Montpellier) lorsque SATURNE et VÉNUS se retrouvent l'une contre l'autre, à 14' de distance angulaire, soit un demi-diamètre lunaire (toujours au-dessus de l'horizon est-nord-est). A travers des jumelles vous verrez les deux perles lumineuses dans le même champ. Magnifique conjonction !

Je vous rappelle que de petites cartes de ces rencontres sont disponibles semaine après semaine sur le site de Sky and Telescope (en anglais...) indiqué aussi ci-contre et d'où j'ai tiré l'image reportée ci-dessus
http://skyandtelescope.com/observing/ataglance/article_110_1.asp

N'oublions pas les ÉTOILES FILANTES dans la nuit du SAMEDI 12 au DIMANCHE 13 AOÛT. L'éclat de la Lune sera assurément gênant sad mais vous ne manquerez pas (si les conditions météorologiques le permettent !) de voir les plus brillantes de l'essaim des PERSÉIDES. Munissez-vous d'une chaise longue, de quoi vous couvrir et tournez-vous plutôt vers l'horizon nord-est (mais il est toujours possible que des filantes vous narguent dans le dos !). Le point d'où semblent venir les étoiles filantes de la mi-août se situe dans la constellation de Persée (d'où leur nom), en dessous du W bien reconnaissable que dessine la constellation de Cassiopée. Les heures d'observation à priori les plus favorables se situent plutôt en deuxième partie de nuit. J'ajoute encore que des étoiles filantes sont là toutes les nuits pour ravir nos mirettes, et spécialement en été où nous pouvons rester plus longtemps sous le ciel étoilé. Selon les nuits, il n'est pas rare de voir deux ou trois filantes par heure. L'essaim de la mi-août a d'ailleurs déjà commencé à se manifester !

Révision : les étoiles filantes ne sont pas des étoiles mais la trace laissée par de minuscules débris de comètes (en moyenne de la taille d'un grain de sable) qui entrent en incandescence en heurtant la haute atmosphère terrestre (à une centaine de kilomètres d'altitude) à des vitesses de l'ordre de plusieurs dizaines de kilomètres par seconde (60km/s pour les Perséides). Pourquoi telles étoiles filantes reviennent-elles à la même date chaque année? Parce que la Terre, dans son mouvement annuel autour du Soleil, revient périodiquement traverser le même nuage constitué des poussières abandonnées par la comète nourrissant l'essaim.

Vous tourner vers l'horizon nord-est est l'occasion de découvrir les CONSTELLATIONS qui vont décorer le ciel des prochains mois. Celle que je mets à l'honneur est  PÉGASE, un grand carré bien reconnaissable, aux sommets brillants, en cette époque à droite de Cassiopée. En partant du coin gauche se succèdent quatre étoiles vaguement équidistantes et alignées. Ce collier constitue en partie la constellation d' ANDROMÈDE (qui abrite la fameuse galaxie voisine) et aboutit à l'étoile la plus brillante de la constellation de PERSÉE (nous y voilà !). Et quelle est cette étoile très brillante qui se lève sur l'horizon nord-est ? C'est  CAPELLA, celle qui conduit le cortège des étoiles d'hiver. Mais bon ! c'est comme l'hirondelle de printemps : une chèvre ne fait pas l'hiver. Voici une image grossière de ce coin de ciel :

pegase

Les bonnes cartes sont celle de Guillaume Cannat sur
http://www.leguideduciel.net/ephemerides/cartesduciel.php

Je vous souhaite de beaux ciels noirs pleins d'étoiles

Christian

 

P.S. : nous parlions plus haut du retour de Saturne dans le ciel vers le 21 août mais auparavant vous pouvez de jour en jour voir jusqu'au 17 août la planète traverser le champ du coronographe SOHO. Elle passe « derrière » le Soleil (on dit « en conjonction supérieure ») le 11. Voici l'image du 2 août à 11H18 TU :

saturne sur soho