Page d'accueil du site
de Christian Magnan

 
Le ciel du mois (par Christian Magnan)

Nota : si vous désirez mettre ce "ciel du mois" en favori utiliser l'adresse
http://www.lacosmo.com/lecieldumois/lecieldumois.html
La page ainsi adressée vous redirigera automatiquement vers le mois en cours  

LIENS


L'image astronomique du jour


Astronomy Picture of the Day


Le Soleil en direct de SOHO


Le Guide du Ciel


Ciel des Hommes


Images célestes


Le ciel au-dessus de nos têtes (en anglais)

aide à la connexion


Actualité de l'environnement Soleil-Terre (en anglais)


Sky and Telescope (en anglais)


ANPCNE : Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes



Un astronome professionnel retrace pour vous le cheminement patient de la pensée scientifique moderne, vous guide dans une visite grandiose de l'Univers, vous raconte la folle histoire des étoiles et vous révèle la place de l'espèce humaine dans un cosmos qui ne l'attendait pas.

L'auteur se permet en outre de dénoncer les graves dérives conceptuelles d'une science contemporaine courant à sa perte sous l'effet d'un productivisme effréné.

Voici un ouvrage unique en son genre qui vous donnera à penser!

 

couverture

Paru en novembre 2011

Édité par Guillaume Cannat (amds-edition)
Disponible en commande immédiate
dédicace possible de l'auteur

L'image de couverture représente l'éclipse totale de Soleil du 11 juillet 2010 à l'île de Pâques (cliché de Guillaume Blanchard)


Allez observer le ciel


à l'observatoire d'Aniane



Le ciel de septembre 2013

au jour le jour

le chiffre du mois

version imprimable du mois en cours   imprimante
Archives :

Le ciel de 2006 : | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre |
Le ciel de 2007 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre| décembre
Le ciel de 2008 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | début décembre | décembre
Le ciel de 2009 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet| août| septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2010 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin| juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2011 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2012 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2013 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août

Edwin_Hubble
Nicolas Copernic
( 1473-1543)

 

 

Bonjour à toutes, bonjour à tous !

 

Les étoiles se levant de plus en plus tôt chaque soir, à raison de quatre minutes par jour (eh oui, 24 heures en 12 mois), c’est le matin que se prépare le ciel des semaines à venir. Alors profitons d’une insomnie ou d’un lever précoce pour admirer l’ouverture du spectacle, tournés vers l’est une à deux heures avant le lever du Soleil (ce qui nous met dans les cinq/six heures du matin à Montpellier).

Le phare qui resplendit puissamment dans le ciel du matin n’est pas Vénus (le plus lumineux des astres, visible le soir) mais JUPITER, la planète géante la plus grosse de notre système solaire. En ce moment Vénus est de magnitude -4 tandis que Jupiter affiche -2, ce qui indique que Vénus reste six fois plus brillante que Jupiter. Cet avantage sur Jupiter est dû au fait que Vénus, bien que de surface plus petite, se trouve plus près de la Terre et aussi plus près du Soleil. Consommez du Jupiter sans modération. C’est avec la Lune le premier objet à pointer avec un petit instrument si vous en possédez un. Un grossissement d’une vingtaine de fois est suffisant. Vous serez émerveillé par la découverte de ce petit disque un tantinet aplati rayé de deux bandes nuageuses sombres parallèles à l’équateur. Et surtout vous découvrirez 400 ans après Galilée la présence de quatre perles lumineuses magiques flanquant la planète, disposées dans des configurations toujours différentes et représentant les satellites de notre géante. La découverte de Galilée a eu une importance déterminante dans l’adoption de l’idée avancée par Copernic selon laquelle la Terre tournait autour du Soleil accompagnée de sa Lune (puisque Jupiter voyageait elle-même dans l’espace accompagnée de quatre "lunes"). En regardant les satellites de Jupiter vous revivez la naissance de la science moderne, je n’exagère pas. C’est le SAMEDI 14 SEPTEMBRE 2013 à l’aube que l’image est la plus émouvante, sinon la plus spectaculaire. En cette fin de nuit les quatre satellites galiléens sont fièrement (!) alignés d’un même côté de la planète dans leur ordre d’éloignement naturel : IO, EUROPE, GANYMÈDE, CALLISTO. Cette circonstance vous permettra de nommer chacun d’eux alors que d’ordinaire il est impossible de dire qui est qui sans consulter des éphémérides. La bonne nouvelle, c’est que notre Jupiter va devenir de plus en plus longuement visible chaque nuit, jusqu’à rester dans le ciel toute la nuit en passant à l’opposition en janvier 2014, se levant alors au coucher du Soleil. Jupiter nous arrive, ne la quittons pas !

Le ciel nous incite à commencer les observations dès le début du mois. En effet la VIEILLE LUNE sous forme d’un somptueux CROISSANT enserrant la lumière cendrée dépasse Jupiter le DIMANCHE 1er SEPTEMBRE. Le croissant en forme de sourire sera passé près d’elle la veille et va poursuivre sa descente dans le ciel les deux jours suivants, le LUNDI 2 et le MARDI 3, en s’amincissant mais sans rien perdre de son charme malicieux.

Une autre surprise nous attend. Le lundi 2 le croissant lunaire est sur la droite d’un astre rouge d’assez bel éclat, lequel ? Il s’agit de la PLANÈTE MARS, qui elle aussi prépare un show époustouflant dans les mois à venir. A l’heure actuelle de magnitude 2, comme une belle étoile sans plus, elle deviendra en mars-avril de magnitude comparable à celle de Jupiter. De quoi nous ravir. Mais dès maintenant Mars la rougeoyante est intéressante à plus d’un titre. D’abord du SAMEDI 7 AU MARDI 10 SEPTEMBRE elle passe devant l’AMAS DE LA CRÈCHE, un groupe d’étoiles connu depuis l’antiquité situé dans le Cancer, visible à l’œil nu comme une petite nébulosité et résolu en étoiles par Galilée à l’aide de sa lunette. Pour profiter du spectacle je vous conseille d’utiliser des jumelles ou un petit instrument avec un grossissement d’une vingtaine de fois. Le passage d’une planète à travers l’amas de la Crèche (en apparence bien entendu !) est toujours un événement propice à la rêverie devant la grandeur de la machinerie céleste. Esthétiquement parlant, il invite les astronomes amateurs à prendre des photos inoubliables, que vous pourrez voir sur la Toile ou dans les magazines spécialisés. La traversée de cet amas en quelques jours nous montre encore que les planètes se déplacent par rapport aux étoiles, ces dernières étant trop lointaines pour que leur mouvement soit perceptible. Pensez que Mars est située à une vingtaine de minutes à la vitesse de la lumière quand cette même lumière met 600 ans pour venir des étoiles de la Crèche. Vertigineux.
Autre intérêt inhabituel de Mars : la planète nous indique grossièrement la position de la COMÈTE ISON, appelée à devenir en décembre si "tout se passe bien" une comète brillantissime. Si ISON chemine à côté de Mars, ce n’est pas dû uniquement à la perspective puisque la comète frôlera la planète rouge le 1er octobre à 10 millions de kilomètres à peine, une paille à l’échelle du système solaire. ISON est accessible aux amateurs avertis mais reste encore hors de portée pour le commun des mortels. Elle ne deviendra visible à l’œil nu qu’à la mi-novembre. Nous en reparlerons mais dès maintenant la vision de Mars que la comète va croiser aiguise notre impatience.

Enfin pendant que nous sommes tournés vers l’est, la perle martienne nous invite à faire un petit tour des magnifiques constellations d’hiver. Je vous en présente six. Mars se trouve grossièrement dans l’alignement de CASTOR ET POLLUX de la constellation des GÉMEAUX, qui abrite en ce moment l’éblouissante Jupiter. Le duo est facilement reconnaissable par l’écartement de ces deux étoiles et leur éclat similaire. En cette fin de nuit elles sont à la verticale l’une de l’autre, à gauche de Jupiter. Très haut rayonne CAPELLA de la constellation du COCHER (Auriga en latin). Si vous hésitez sur son identification, vérifiez auprès d’elle la présence des trois CHEVREAUX dessinant un triangle isocèle caractéristique. Sur la droite, en dessous de l’amas des PLÉIADES, brille la rouge ALDÉBARAN, de la constellation du TAUREAU. En dessous resplendit la constellation d’ORION, l’emblème de nos futures nuits hivernales. En cette aube de septembre elle a un  aspect inhabituel puisqu’elle est couchée horizontalement  et que les trois étoiles alignées du Baudrier sont verticales. Elle se redressera au fil des nuits en s’approchant du méridien. Bas sur l’horizon sud-est, si aucun obstacle ne gêne, étincelle l’étoile la plus brillante du ciel, SIRIUS du GRAND CHIEN. Enfin entre Sirius et les Gémeaux se remarque une étoile bien lumineuse dans un environnement assez vide : il s’agit de PROCYON du PETIT CHIEN. Vous aurez l’occasion de retrouver ce splendide paysage céleste au cœur de la nuit des mois à venir, puisque le Soleil, actuellement dans le Lion, va s’écarter progressivement des Gémeaux et du Taureau.

Si Jupiter triomphe au ciel en deuxième partie de nuit, c’est VÉNUS qui dévoile sa beauté le soir après le coucher du Soleil. Malheureusement l’Étoile du Berger reste très basse sur l’horizon ouest-sud-ouest même si sa migration se poursuit vers le sud-ouest en l’éloignant du Soleil. Elle ne se laisse apercevoir que lorsque les obstacles naturels ou artificiels ménagent une fenêtre libre dans la direction voulue. Alors le phare vénusien, visible même en ville, nous étonne toujours par sa splendeur. Deux rencontres méritent notre attention mais nécessiteront un horizon parfaitement dégagé vers l’ouest-sud-ouest. Le JEUDI 5 SEPTEMBRE, une fois le Soleil couché, nous pourrons voir (jumelles conseillées) Vénus passer à côté de SPICA l’étoile la plus brillante de la Vierge. Le duo sera encore visible le lendemain. Et puis le DIMANCHE 8 le CROISSANT LUNAIRE en forme de parenthèse fermante, plein de lumière cendrée, se glisse entre Vénus et Spica. La composition de Vénus et Spica entourant le croissant lunaire est magnifique. Le lendemain LUNDI 9 c’est au tour de SATURNE de recevoir la visite de la Lune. Enfin du MARDI 17 AU JEUDI 19 SEPTEMBRE Vénus glisse sous la planète SATURNE, d’éclat bien plus modeste. Dans les jours à venir, la planète aux anneaux va plonger définitivement  dans la lueur solaire tandis que Vénus réussira à nous tenir compagnie jusqu’au début de l’année prochaine.
Nous avons commencé à regarder le ciel du matin. Bouclons la nuit en repartant du soir. On peut se demander quelle est cette étoile si brillante qui apparaît sur l’horizon nord-nord-est. Il s’agit de la magnifique CAPELLA qui étincèlera au zénith à l’aube. Ce n’est pas pour rien que je dis que Capella conduit le cortège des étoiles d’hiver. Située sous la constellation de PERSÉE, elle-même installée sous le W de la constellation de CASSIOPÉE, Capella emmène avec elle l’amas des PLÉIADES et tire l’une après l’autre au-dessus de l’horizon le Taureau, les Gémeaux, Orion et les autres. Si les étoiles d’hiver entrent peu à peu en scène, le TRIANGLE D’ÉTÉ trône au zénith en début de nuit, traversé par la Voie Lactée. C’est la saison où l’on peut voir en même temps dans le ciel la belle ARCTURUS (dans le prolongement de la courbe du manche de la Grande Casserole) et CAPELLA, d’éclats d’ailleurs comparables, la première entraînant les étoiles d’été sous l’horizon, la seconde ramenant les étoiles d’hiver. Aucune preuve simple à mettre en œuvre ne montre que la Terre tourne autour du Soleil, mais le cycle des étoiles nous en fournit l’illustration mystérieusement évidente.

Enfin le DIMANCHE 22 marquera l’ÉQUINOXE DE SEPTEMBRE, le début de l’automne dans l’hémisphère nord. C’est le jour où l’axe de la toupie terrestre est vu de profil depuis le Soleil. Il en résulte que la durée du jour est égale à celle de la nuit partout sur Terre et que le Soleil se lève à l’est et se couche à l’ouest, aux corrections près dues à la réfraction atmosphériques et au fait que le Soleil n’est pas un point. Chouette, les nuits rallongent !

LE CHIFFRE DU MOIS : 125.
125 milliards d’années de lumière est la distance instantanée actuelle à la galaxie la plus lointaine de l’Univers, située dans sa partie encore invisible au point appelé anticentre. Comment le sait-on ? C’est le modèle dit de Friedmann qui fournit ce résultat, le seul modèle physique capable de correspondre à l’Univers réel.

Bonnes nuits sous les étoiles
Christian

SEPTEMBRE 2013 AU JOUR LE JOUR
Tous les soirs : Vénus sur l’horizon ouest-sud-ouest 
Vers minuit : l’arrivée de Capella
Tous les matins : Jupiter la magnifique dans les Gémeaux au milieu des constellations d’hiver
Du dimanche 1er au mardi 3 : un magnifique croissant descend vers l’horizon en croisant Jupiter puis Mars
Jeudi 5 : Nouvelle Lune et nuits noires autour de cette date ; conjonction entre Vénus et Spica
Du samedi 7 au mercredi 11 : le croissant lunaire du soir ; le 8 entre Spica et Vénus ; le 9 près de Saturne
Du samedi 7 au mardi 10 : Mars traverse l’amas de la Crèche (jumelles)
Samedi 14 : les quatre satellites de Jupiter alignés par ordre de distance à la planète-mère (petit instrument)
Lundi 16 : le Soleil quitte la constellation du Lion et entre dans celle de la Vierge
Du mardi 17 au jeudi 19 : Vénus passe en dessous de Saturne
Jeudi 19 : Pleine Lune
Dimanche 22 : équinoxe de septembre, le début de l’automne dans l’hémisphère nord
Samedi 28 : la Lune à côté de Jupiter
Après le 28 : le sourire du croissant de Lune du matin



   

Mes sources d'information