Page d'accueil du site
de Christian Magnan

 
Le ciel du mois (par Christian Magnan)
 

LIENS


Page d'accueil du GRAAL


L'image astronomique du jour


Astronomy Picture of the Day


Le Soleil en direct de SOHO


Le Guide du Ciel


Ciel des Hommes


Images célestes


Le ciel au-dessus de nos têtes (en anglais)

aide à la connexion


Actualité de l'environnement Soleil-Terre (en anglais)


Sky and Telescope (en anglais)


ANPCNE : Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes


 

Le ciel d'octobre 2009

au jour le jour

version imprimable du mois en cours   imprimante
Archives :

Le ciel de 2006 : | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre |
Le ciel de 2007 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre| décembre
Le ciel de 2008 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | début décembre | décembre
Le ciel de 2009 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet| août| septembre

saturne
Saturne : le retour

 

 

Bonjour à toutes, bonjour à tous !

 

Après l'équinoxe de septembre, ce mois d'octobre voit dans notre hémisphère la longueur des nuits dépasser celle des jours : à nous d'en profiter pour admirer les étoiles ! Un événement contrariant va hélas marquer cette période de transition : le foutu et inutile passage à l'heure dite d'hiver qui va nous mettre en avance d'une heure par rapport au temps universel (au lieu de deux pour l'heure d'été, à laquelle j'estimerais judicieux de rester).

Allons-nous être en avance d'une heure par rapport à l'HEURE SOLAIRE ? En gros oui en France mais pas dans le détail. Il y a d'abord une question de longitude du lieu d'observation. Comme la Terre tourne vers l'est, le Soleil apparaît plus tôt vers l'orient et par conséquent il est plus tard au Soleil quand on va vers l'est. L'effet est de 24 heures pour un tour de Terre, soit 360° de longitude, ce qui correspond à une heure de décalage pour une différence de 15° (360°/24) en longitude. Si la Terre tournait autour du Soleil sur un cercle parfait cette effet de longitude serait le seul à prendre en considération mais comme la Terre décrit une ellipse et voit de ce fait sa vitesse varier sur son orbite il y a une autre correction à apporter, que l'on appelle (improprement d'ailleurs) "l'équation du temps" valant au maximum 16 minutes. On peut en trouver la courbe ici
http://www.imcce.fr/fr/ephemerides/astronomie/heures/echelles.php
ou ici
équation du temps       

Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

 

On a :
équation du temps = temps moyen - temps vrai
soit
temps moyen = temps vrai + équation du temps

En rouge clair : dates où l'équation du temps est nulle.

Voir :

http://pedagogie.ac-montpellier.fr:8080/disciplines/scphysiques/Nef_Solaire/temps_legal.htm


Résultat des courses : à Bordeaux (situé pratiquement sur le méridien de Greenwich, de longitude 0) l'heure légale d'hiver est à un quart d'heure près (au plus) égale au temps solaire augmenté d'une heure. Mais à Strasbourg l'heure solaire est en avance d'environ 30 minutes sur celle de Bordeaux.

Ce mois d'octobre 2009, après une période de disparition pour certaines d'entre elles, toutes les planètes principales sont visibles. J'en suis désolé pour les réfractaires au lève-tôt mais le ballet des trois planètes MERCURE, VÉNUS et SATURNE se déroule le matin à l'est à partir du JEUDI 8 OCTOBRE 2009. Pour leur réapparition Mercure et Saturne se retrouvent très près l'une de l'autre ce matin-là en-dessous de la si belle Vénus qui resplendit toujours dans le ciel de l'aube. Les matins suivants, du VENDREDI 9 au MARDI 13 OCTOBRE, nous verrons Saturne (la moins brillante du trio) glisser de Mercure à Vénus. Enfin un magnifique spectacle nous attend (toujours environ une heure avant le lever du Soleil) le VENDREDI 16 lorsqu'un fin croissant lunaire nimbé de sa féérique lumière cendrée viendra se joindre à la scène. De plus en plus basse sur l'horizon la planète Mercure sera plus difficile à observer à partir de ce matin-là. Dans ce trio planétaire Vénus est de loin la plus lumineuse mais Mercure avec une magnitude négative resplendit elle aussi tandis que Saturne est moins spectaculaire. Cependant notre planète mérite qu'on l'observe à nouveau à travers de petits instruments pour redécouvrir l'enchantement de ses anneaux.

JUPITER continue à illuminer le ciel dès le crépuscule au sud et mérite elle aussi qu'on l'admire à travers un instrument pour observer à la fois sa surface et la ronde de ses quatre satellites, lesquels, comme les mois précédents, continuent de montrer des PHÉNOMÈNES MUTUELS intéressants dont vous trouverez le détail dans les éphémérides de Guillaume Cannat
http://www.leguideduciel.com/indexgc.php
Ainsi le samedi 3 à 22h20 le satellite Io projette son ombre sur le satellite Europe tandis que le samedi 10 à 22h45 Io occulte Europe puis l'obscurcit de son ombre à 24h44. Le vendredi 16 à 23h10 Ganymède occulte Europe et le samedi 17 à 25h02 Io occulte Europe. Enfin le jeudi 22 à 25h12, Ganymède occulte Io.

Reste la planète MARS qui redevient intéressante à observer elle aussi car son diamètre apparent grandit régulièrement. Elle se lève vers minuit en fin de mois. Sa luminosité est comparable à d'autres étoiles brillantes du voisinage comme Procyon du Petit Chien ou Bételgeuse d'Orion. Le mois dernier nous l'avons vue s'approcher des Gémeaux Castor et Pollux et ce mois-ci elle va se trouver en alignement avec ce même duo en s'engageant dans la constellation du Cancer, laquelle ne comporte pas d'étoiles très brillantes mais abrite le fameux amas stellaire de la Crèche (ou la Ruche, beehive, en anglais) que la planète rouge rejoindra en fin de mois, le VENDREDI 30 OCTOBRE. Ce vagabondage de Mars à travers les constellations justifie sa désignation de "planète", qui vient du mot grec "planêtês" signifiant "errant"

Les constellations d'été nous quittent doucement. En début de nuit le TRIANGLE D'ÉTÉ, constitué de Véga de la Lyre, Altaïr de l'Aigle et Deneb du Cygne, est encore haut dans le ciel mais s'abaisse inexorablement au fil des soirs. Sur l'horizon sud ne se distingue aucune étoile brillante mis à part la belle FOMALHAUT de la constellation peu remarquable du Poisson Austral, étoile entourée d'un disque de poussières autour de laquelle le télescope spatial Hubble a pris pour la première fois la photo d'une exoplanète. Voir
http://www.cidehom.com/apod.php?_date=081114
A l'horizon nord-est scintille CAPELLA du Cocher, l'une des étoiles les plus lumineuses de l'hémisphère nord, qui annonce les constellations d'hiver mais d'autres constellations que voici assurent la transition.

L'une des figures célestes que l'on reconnaît facilement est CASSIOPÉE qui dessine son W si caractéristique haut sur l'horizon nord. En-dessous se trouve la constellation de PERSÉE qu'on pourrait décrire comme un grand amas d'étoiles. Elle contient d'ailleurs un AMAS DOUBLE célèbre, splendide dans des jumelles. Sur la droite de Persée s'alignent les étoiles de la constellation d'ANDROMÈDE en rejoignant le grand carré de PÉGASE. Si vous bénéficiez d'un ciel non pollué par les éclairages publics, vous pourrez découvrir à l'œil nu (et plus facilement aux jumelles) la GALAXIE D'ANDROMÈDE. Pensons que la lumière que nous en recevons aujourd'hui est partie il y a environ trois millions d'années. Ça calme ;) Pour trouver cette galaxie d'Andromède il faut partir du sommet du carré de Pégase d'où démarre l'alignement des étoiles d'Andromède conduisant à Persée et s'arrêter sur la première étoile brillante de cet alignement, appelée Mirach. En partant de celle-ci il faut aller vers le haut, perpendiculairement à l'alignement, pour tomber sur une étoile moins brillante. Encore un cran vers le haut, à peine sur la droite, se trouve une étoile encore plus faible. Juste à côté, miracle : la petite tache diffuse de la galaxie d'Andromède est là sous vos yeux. Voici la carte de la région


Enfin vous pourrez vous aider d'une carte du ciel
http://www.leguideduciel.com/ephemerides/cartes/11novembre.jpg
pour trouver sous la constellation d'Andromède celle du TRIANGLE (presque rectangle) et encore un peu en-dessous à droite celle du BÉLIER, tout de même la première figure du zodiaque, reconnaissable aussi comme un triangle aplati. Un peu plus bas nous attend le TAUREAU et ses PLÉIADES.

Comme tous les mois la Lune fait son tour de ciel le long des constellations du zodiaque. Notons sa rencontre avec l'amas des PLÉIADES le MERCREDI 7 OCTOBRE, son passage dans l'alignement des Gémeaux et de la PLANÈTE MARS le LUNDI 12 OCTOBRE (avec la brillante étoile PROCYON du Petit Chien sur la droite un peu plus bas) et enfin son spectaculaire rendez-vous avec la superbe JUPITER le LUNDI 26 et MARDI 27 en début de nuit.

Signalons enfin autour du MERCREDI 21 OCTOBRE la présence de l'essaim météoritique des ORIONIDES formé des poussières rejetées dans l'espace par la fameuse comète de Halley lors de ses passages près du Soleil. Ces étoiles filantes sont bien situées cette année car elles vont se produire dans un ciel sans lumière lunaire parasite (la Nouvelle Lune aura eu lieu le 18 octobre) et le cru 2009 se présente donc sous d'heureux auspices. A guetter au-dessus de l'horizon sud-est en deuxième partie de nuit les quelques jours précédents et suivants le maximum prévu du 21.

A ce propos ne croyez pas que j'oublie les constellations d'hiver, magnifique ornement du ciel de deuxième partie de nuit (Orion, Sirius, Procyon du Petit Chien). Pour profiter éventuellement de bienvenues insomnies.

Bonnes nuits sous les étoiles d'automne
Christian

OCTOBRE 2009 AU JOUR LE JOUR

(par souci de morale sur Internet si vous transmettez ce calendrier sur la toile veuillez en indiquer la source afin que chacun puisse contrôler l'origine de l'information donnée)

Toutes les nuits : Jupiter et le ballet de ses quatre satellites (petit instrument pour observer les phénomènes mutuels)
Tous les matins : Vénus la magnifique à l'est et Sirius au sud-est
Toutes les nuits : les constellations de Cassiopée, Persée, Andromède (et sa galaxie), du grand carré de Pégase, du Triangle, du Bélier, du Cocher (d'étoile principale Capella) et du Taureau (avec les Pléiades)
Dimanche 4 : Pleine Lune
Mercredi 7 : lever de la Lune à côté des Pléiades (à admirer aux jumelles)
Le matin à partir du jeudi 8 : présentation animée du trio Vénus, Saturne et (jusqu'au 20) Mercure
Jeudi 8 (le matin à l'est) : conjonction serrée entre Saturne et Mercure
Du vendredi 9 au mardi 13 (le matin à l'est) : Saturne glisse de Mercure à Vénus
Lundi 12 au matin : alignement Castor, Pollux, Mars et la Lune (horizon sud-est) avec Procyon vers le bas à droite
Du mardi 13 au vendredi 16 : le croissant lunaire du matin
Vendredi 16 (le matin à l'est) : le trio planétaire Vénus, Saturne et Mercure accompagné du croissant lunaire (horizon dégagé)
Dimanche 18 : Nouvelle Lune (et ciel noir du 17 au 20)
Mercredi 21 : maximum de l'essaim d'étoiles filantes des Orionides (à surveiller plusieurs jours avant et après cette date vers le sud-est en deuxième partie de nuit)
Du mercredi 21 au vendredi 23 : croissant de Lune du soir
Dimanche 25 : changement d'heure intempestif #@#&%#
Lundi 26 et mardi 27 : la Lune saute d'un côté à l'autre de Jupiter
Vendredi 30 : Mars traverse l'amas de la Crèche (jumelles) jusqu'au 3 novembre








 

   

Mes sources d'information