Page d'accueil du site
de Christian Magnan

 
Le ciel du mois (par Christian Magnan)
 

LIENS


Page d'accueil du GRAAL


L'image astronomique du jour


Astronomy Picture of the Day


Le Soleil en direct de SOHO


Le Guide du Ciel


Ciel des Hommes


Images célestes


Le ciel au-dessus de nos têtes (en anglais)

aide à la connexion


Actualité de l'environnement Soleil-Terre (en anglais)


Sky and Telescope (en anglais)


ANPCNE : Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes


 

Le ciel d'octobre 2010

au jour le jour

le chiffre du mois

version imprimable du mois en cours   imprimante
Archives :

Le ciel de 2006 : | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre |
Le ciel de 2007 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre| décembre
Le ciel de 2008 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | début décembre | décembre
Le ciel de 2009 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet| août| septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2010 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin| juillet | août | septembre

galaxie
Voyez-vous un lapin sur la Lune?

 

 

Bonjour à toutes, bonjour à tous !

 



En cette saison la Lune trône haut dans le ciel, la planète Jupiter sort le grand jeu et les étoiles brillent plus intensément: une invitation à profiter de ce qu'il ne fait pas encore trop froid pour lever les yeux vers le ciel en s'éloignant des lumières urbaines.

Ce mois rassemble les deux astres les plus faciles et intéressants à observer avec un petit instrument (jumelles, petite lunette) ou avec des moyens plus puissants dans un club d'astronomie pour amateurs. N'hésitez pas à partir découvrir la surface mouvementée de la Lune avec ses montagnes, ses plaines et ses cratères et le jeu des ombres et lumières aux endroits situés à la limite du jour et de la nuit lunaires. Admirez le ballet magique des satellites de Jupiter, créant autour de la planète géante des figures de danse toujours nouvelles, tantôt deux de chaque côté, tantôt un d'un côté et trois de l'autre, etc.

Les planètes (dont la Terre) tournent en gros dans le même plan autour du Soleil, comme la Lune. Depuis la Terre le Soleil et les planètes se déplacent ainsi le long de la trace de ce plan sur le ciel, qu'on appelle l'écliptique (là où se produisent les éclipses). Si le Soleil est en cette saison plus bas qu'en été pendant la journée (dans notre hémisphère) c'est que l'extrémité nord de l'axe de rotation de la Terre penche sur l'écliptique du côté opposé au Soleil, en faisant donc basculer l'astre du jour vers l'horizon. Inversement pendant la nuit, au même point de la Terre, les astres qui se déplacent sur l'écliptique, comme la Lune et Jupiter, seront poussés vers le haut. Voilà pourquoi la Lune est magnifique à observer en cette saison de l'année, donnant un avant-goût des illuminations lunaires encore plus intenses de l'hiver.

Observez donc la Lune, le plus gros satellite du système solaire relativement à sa planète mère. Le jeu de ses phases est fascinant, comme témoin privilégié du mouvement majestueux des corps célestes. Nous savons aujourd'hui que la Lune est éclairée sur un hémisphère par le Soleil (comme le serait un ballon par une lampe) et que selon l'angle sous lequel nous voyons cette partie éclairée nous la percevons comme un disque plein quand nous la voyons de face (le Soleil, ou la lampe, est derrière nous), comme un quartier quand nous la voyons de côté (le Soleil est de côté). Elle devient invisible quand elle est tournée vers l'arrière (le Soleil, ou la lampe, se situe derrière). Au cours d'une lunaison, toutes les phases défilent, et vous pouvez vous amuser à les suivre attentivement. Ajoutons que la limite entre le jour et la nuit sur la Lune porte le nom de "terminateur". Comme sur la Lune c'est un grand cercle du globe lunaire, nous le voyons en projection depuis la Terre comme une demi-ellipse "terminant" la Lune du côté opposé au bord du disque (appelé le "limbe").

En début du mois, du DIMANCHE 3 au MERCREDI 6 OCTOBRE notez en deuxième partie de nuit que la position apparente de la Lune sur le ciel s'approche de celle du Soleil. C'est la fin de la lunaison: le croissant est du matin. Il dessine un C majuscule, forcément, puisque le Soleil est sur sa gauche, et devient de plus en plus fin au fur et à mesure que les jours passent. Incidemment le matin du DIMANCHE 3 OCTOBRE ce croissant se trouvera non loin de l'AMAS de la CRÈCHE, un rendez-vous que nous pouvez admirer aux jumelles. Pendant la journée suivez encore le globe lunaire: il précède le Soleil et la courbe externe de son C  est tournée vers lui.

Après la Nouvelle Lune du 7 octobre, le croissant redevient du soir. Le Soleil est maintenant sur la droite de la Lune de sorte que le croissant dessine maintenant la partie courbe de la lettre D (on peut retenir "D croît, C décroît"). Sans être austère et rigide (!) on peut regretter que de nombreuses illustrations, que ce soit pour les grands ou les petits, montrent des croissants du soir en forme de C. Le croissant prend du volume, le PREMIER QUARTIER est pour le JEUDI 14 OCTOBRE. Après cette date, la Lune prend une forme "gibbeuse" (du latin "gibbus", bosse). Les nuits du MARDI 18 et MERCREDI 19 cette Lune bien ventrue passe au voisinage de JUPITER et la présence de ces deux astres si brillants dans la même région du ciel constitue une scène superbe.

La nuit du VENDREDI 22 au SAMEDI 23 marquera la Pleine Lune, que nous pourrons admirer encore la nuit suivante. C'est le moment de remarquer sur le globe lunaire des surfaces plus sombres que l'on nomme "mers", connues sous des noms évocateurs comme Mer de la Sérénité, de la Tranquillité, de la Fécondité, Océan des Tempêtes, Mer des Crises. Il s'agit de plaines basaltiques, au sol moins réfléchissant que celui des hauts plateaux plus accidentés et érodés. Ces mers sont relativement récentes (il y a tout de même 3 milliards 1/2 d'années). Elles proviennent de la formation d'immenses bassins créés par l'impact d'énormes météorites, les cuvette ainsi creusées ayant été remplies postérieurement par la lave coulant des volcans formés à la périphérie du bassin d'impact. A propos , un lapin se cache sur la Lune: verrez-vous celui que dessinent les mers lunaires?

Dans la nuit du DIMANCHE 24 au LUNDI 25 OCTOBRE notre globe lunaire décroissant a rendez-vous avec les PLÉIADES, qui seront noyées dans l'éclat de la Lune, mais que vous pourrez voir en masquant la Lune avec votre doigt ou mieux en vous aidant de jumelles. On va dire à ce propos que le mois d'octobre est le mois des Pléiades, que je vous invite donc à admirer. Ce petit amas de six étoiles (c'est sans doute la raison pour laquelle les anglo-saxons les appellent les sept sœurs, allez comprendre!) fait son retour dans le ciel du soir et annonce les belles constellations d'hiver. Pointez vos jumelles vers ce groupe et vous découvrirez non plus sept mais des dizaines d'étoiles amoncelées. Profitez-en pour observer un peu plus bas la splendide constellation du Taureau, ce V couché dont la rouge ALDÉBARAN occupe le sommet, et dont les étoiles forment l'AMAS des HYADES (amas dont d'ailleurs Albébaran ne ferait pas partie, je laisse le conditionnel). Un défi: saurez-vous trouver au sud-est une belle étoile assez brillante isolée, de couleur blanc jaunâtre. Il s'agit de FOMALHAUT de la constellation peu remarquable du Poisson Austral. Pour vous aider: elle passe au sud vers 23 heures en milieu de mois, à une assez faible hauteur d'une quinzaine de degrés au-dessus de l'horizon. Je la repère aussi en ce moment assez facilement  en-dessous et à droite de Jupiter. Elle est devenue célèbre pour abriter autour d'elle une planète dont on a réussi à faire une image en lumière visible.

Enfin les lève-un-peu-plus-tôt seront ébahis de voir dans le ciel du matin les étoiles hivernales avec ORION et SIRIUS qui essaye de rivaliser avec Jupiter de l'autre côté du ciel. À raison de deux heures de décalage par mois (24 heures en 12 mois), elles seront dans le ciel du soir dans quelques mois. Le jeu est de les voir apparaître peu à peu, c'est-à-dire de plus en plus tôt sur l'horizon est.

JUPITER: je parlerai de la planète géante une autre fois. Impossible de manquer notre belle planète qui se la joue dès le soir sur l'horizon est et traverse tout le ciel jusqu'au matin. Montrez-la à vos ami-e-s et dites-leur qui elle est. Admirez-la car vraiment elle le vaut bien  

Enfin, dans la nuit du samedi au dimanche 31 octobre, nous devrons procéder à ce stupide, inutile, incommode, voire dangereux quand il faut monter sur un escabeau, changement d'heure en retardant nos horloges d'une heure. Soyons clairs: la seule heure qui relie le ciel à notre vie quotidienne est l'heure solaire, car c'est elle qui marque la différence entre jour et nuit. Elle indique midi quand en un lieu le Soleil culmine au méridien sud. C'est l'heure que sous peine de naufrage les marins cherchaient à connaître pour déterminer leur longitude sur mer. Évidemment à notre époque on peut accepter d'harmoniser les heures dans un pays sans avoir à changer d'heure en changeant de lieu. C'est la raison pour laquelle on a divisé la surface de la Terre en vingt-quatre fuseaux horaires de 15° de largeur chacun en longitude, le premier étant centré sur le méridien d'origine de Greenwich, chaque ville étant invitée à caler son heure légale sur un fuseau donné.  L'heure civile du fuseau de Greenwich est le temps solaire moyen en ce lieu: c'est l'heure de référence appelée TU (temps universel) ou UTC (Temps Universel Coordonné). En France l'heure civile est UTC+1 mais devient UTC+2 à l'heure dite d'été. Le jeu est de faire coïncider au mieux heure solaire et heure civile et de ce point de vue on pourrait penser qu'il vaudrait mieux adopter en France l'heure UTC, celle de Londres, puisque le méridien origine passe en France (mais il y passe dans sa partie occidentale, près du Havre par exemple). Sauf que, sauf que... il se trouve que notre vie civile se déroule plutôt "de 8 à 8" (comme l'enseigne du magasin portant ce nom l'indique) et non de 6 à 6. Conclusion: si nous conservons cette journée de 8 à 8 il faut pour suivre au mieux le Soleil adopter UTC+2, ce qui est exactement la définition de l'heure d'été. Résultat des courses: conservons l'heure dite d'été. Et n'en changeons pas. Ou alors acceptons d'ouvrir les écoles et les magasins à 6 heures et prenons UTC. Mais n'en changeons pas.

LE CHIFFRE DU MOIS: mille milliards. C'est très grossièrement le nombre de planètes dans notre Galaxie, un nombre de 12 chiffres. Cette estimation suppose que chaque étoile est entourée d'une dizaine de planètes. Statistiquement parlant ce nombre est petit, très petit: si à raison d'une centaine d'habitants par planète chacun essayait de craquer le code à 14 chiffres de la carte de téléphone que je viens d'acheter, un seul en moyenne trouverait le bon numéro. Le hasard est d'une inefficacité redoutable. Il n'est pas juste de dire: "il y a tellement d'étoiles, ou de planètes, que..."

Bonnes nuits sous les étoiles
Christian

OCTOBRE 2010 AU JOUR LE JOUR
Toute la nuit: Jupiter, l'éblouissante reine de la nuit
Le soir à l'est: les Pléiades se lèvent de plus en plus tôt
Nuit du samedi 2 au dimanche 3: le croissant de Lune près de l'amas de la Crèche
Du dimanche 3 au mercredi 6: le croissant lunaire du matin (en forme de C)
Jeudi 7: Nouvelle Lune (place aux étoiles autour de cette date!)
Du dimanche 10 au mercredi 13: le croissant du soir (en forme de D)
Mardi 18 et mercredi 19: la Lune rend visite à Jupiter
Samedi 23: Pleine Lune (ces jours-ci il y a un lapin sur la Lune, le verrez-vous?)
Dimanche 24: la Lune passe près des Pléiades
Dimanche 31: à 3 heures il sera 2 heures



 

 

   

Mes sources d'information