Page d'accueil du site
de Christian Magnan

 
Le ciel du mois (par Christian Magnan)
 

LIENS


Page d'accueil du GRAAL


L'image astronomique du jour


Astronomy Picture of the Day


Le Soleil en direct de SOHO


Le Guide du Ciel


Ciel des Hommes


Images célestes


Le ciel au-dessus de nos têtes (en anglais)

aide à la connexion


Actualité de l'environnement Soleil-Terre (en anglais)


Sky and Telescope (en anglais)


ANPCNE : Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes


Le ciel d'octobre 2011

au jour le jour

le chiffre du mois

version imprimable du mois en cours   imprimante
Archives :

Le ciel de 2006 : | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre |
Le ciel de 2007 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre| décembre
Le ciel de 2008 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | début décembre | décembre
Le ciel de 2009 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet| août| septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2010 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin| juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2011 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre

éruption solaire
Éruption solaire

 

 

Bonjour à toutes, bonjour à tous !

 

Je sais que comme moi vous a-do-rez les ÉTOILES FILANTES. Alors ne manquez surtout pas le rendez-vous du SAMEDI 8 OCTOBRE 2011. Il se pourrait que nous assistions à une véritable pluie de filantes, avec une centaine ou plus de météores par heure. Une seule façon de tester cette prédiction : sortir observer le ciel. A quelle heure ? A partir de genre 20h30 avec un pic d’activité annoncé vers 23h. Où ? Éloignez-vous des éclairages urbains : le spectacle mérite un déplacement et plus le ciel sera noir plus vous verrez de météores de moindre éclat. Choisissez un ciel dégagé vers le secteur nord et observez plutôt non pas directement vers le nord mais en décalant votre regard vers l’est (où trône Jupiter, reine de la nuit) ou vers l’ouest (vers Véga, qui justement est proche du point d’émanation apparent, ou radiant, des filantes). Évitez de regarder la Lune dont la lumière envahira le ciel, surtout en première partie de nuit (si possible même protégez-vous de son éclat par exemple derrière des arbres). N’oubliez pas d’apporter de quoi vous protéger du froid car rester immobile ne réchauffe pas. Enfin munissez-vous de l’instrument d’observation idéal du chasseur de filantes, à savoir une chaise longue que vous inclinerez à demi à votre convenance. Les jumelles sont inutiles car elles ont un champ trop réduit et l’œil nu est le meilleur moyen de traquer ces éclairs facétieux. Bonne chance !


Une étoile filante, c’est quoi ? Il s’agit du phénomène lumineux provoqué par la rentrée dans l’atmosphère terrestre (à une altitude de l’ordre de 100 kilomètres, quand la Station spatiale internationale vogue à près de 400 km) de poussières microscopiques (typiquement de la taille d’un grain de sable : si, si !) traînant dans l’espace. En percutant l’atmosphère le grain se volatilise sous l’effet du choc et ionise les atomes de gaz de l’air, lesquels émettent de la lumière en revenant à leur état neutre initial. Lorsque la Terre croise une traîne de poussières abondantes abandonnées par une comète on a affaire à un essaim (comme celui des Perséides du mois d’août ou des Léonides du mois de novembre à venir). Les étoiles filantes de ce 8 octobre appartiennent à l’essaim des Draconides. Leur nom est tiré de "Dragon", la constellation dont elles semblent provenir. Cette illusion que les filantes émanent d’un point (le radiant, avec un "t" à la fin du mot) est due à un effet de perspective. En réalité les trajectoires sont grossièrement parallèles. L’effet est le même que lorsque l’on voit les rayons du Soleil sortir des trous d’un ensemble de nuages boursouflés en donnant l’impression qu’ils viennent d’un point. En réalité ces rayons sont parallèles puisque issus d’un Soleil si lointain que toute divergence réelle les affectant est indécelable.


Voici une dernière précision technique avant de vous laisser admirer le spectacle. Il est facile de prévoir l’ordre de grandeur de la vitesse à laquelle les grains de poussière entrent dans l’atmosphère. Vous vous souvenez peut-être que la Terre tourne sur son orbite autour du Soleil à la vitesse décoiffante de 30 kilomètres par seconde. De ce fait les poussières percuteront la Terre avec une vitesse grossièrement de cet ordre. Les grains eux-mêmes possèdent une certaine vitesse par rapport au Soleil, qui reflète la vitesse de la comète qui leur a donné naissance. Si cette vitesse est dirigée vers la Terre, elle s’ajoutera à celle de cette dernière pour fournir des valeurs supérieures à 30km/s, pouvant aller jusqu’à 70 km/s. Nos Draconides d’octobre sont au contraire parmi les plus lentes, avec une vitesse de pénétration de l’ordre de 20km/s, car les poussières vont dans le même sens que la Terre (en ce qui concerne la composante de la vitesse le long de l’orbite terrestre).


Quelques jours plus tard, dans la nuit du JEUDI 13 au VENDREDI 14 OCTOBRE, la PLEINE LUNE traversera le ciel en compagnie de JUPITER, dont l’éclat exceptionnel soutiendra la comparaison avec celui d’une lune rondouillarde. Admirez leur montée dans le ciel en cours de nuit, jusqu’à culminer à une soixantaine de degrés au-dessus de l’horizon. C’est magnifique. Que la reine des planètes se situe près de la Pleine Lune est le signe qu’elle est elle-même en position de Pleine Lune. On parle techniquement d’opposition pour indiquer que le Soleil, la Terre et Jupiter sont alignés dans cet ordre dans l’espace, de sorte qu’en regardant Jupiter de la Terre le Soleil est dans notre dos. Astronomiquement parlant l’opposition se produira le 29 octobre. Dans cette configuration Jupiter est visible toute  la nuit puisque la planète se lève quand le Soleil se couche et disparaît derrière l’horizon ouest lorsque le Soleil apparaît à l’est. De plus Jupiter est au plus près de la Terre, cette dernière ayant rattrapé la première sur son orbite (dans un peu plus d’un an, début décembre 2012, la Terre aura accompli un nouveau tour et l’opposition de Jupiter se renouvellera). Au final, nous nous trouvons dans la meilleure période d’observation de l’année pour la planète géante. J’insiste: si vous n’en possédez pas un vous-même, essayez d’accéder à un instrument, même de petit diamètre, autour de vous, ou alors tentez de participer à une soirée d’observation publique (ce genre de manifestations se développe de plus en plus) et pointez Jupiter. Le spectacle de cette sphère aux bandes colorées entourée de ses quatre perles étincelantes est inimaginable de beauté. Les nuits de janvier 1610 où Galilée découvrit l’astre magique, comment notre savant aurait-il pu soupçonner que le ciel contînt un tel trésor?


Un autre rendez-vous intéressant se produit le matin des VENDREDI 21 et SAMEDI 22 OCTOBRE lorsque un gros croissant de Lune vient rejoindre MARS. Nous avons suivi en septembre la planète voyager à travers les étoiles, pour aller des Gémeaux au Cancer (et passer notamment près de l’amas de la Crèche). Eh bien Mars la rouillée poursuit sa route vers l’est, quitte la constellation du Cancer pour entrer dans celle du Lion (comme toute planète honnête elle suit les constellations du zodiaque) en voyant son éclat augmenter progressivement car la Terre s’en rapproche peu à peu. Le jeu du mois d’octobre sera de la voir s’approcher peu à peu de RÉGULUS, l’étoile principale du Lion, avec laquelle elle formera un joli couple le mois suivant. Il se passe toujours quelque chose dans le ciel.


Au chapitre des CROISSANTS DE LUNE on retiendra le soir du SAMEDI 1er OCTOBRE pour admirer le point rougeâtre d’ANTARÈS du Scorpion en dessous de notre satellite orné de sa féérique lumière cendrée. Attention les astres sont assez bas au sud-ouest et il faudra rechercher un horizon bien dégagé pour en profiter. En fin de mois, le soir du VENDREDI 28 le mince croissant brille à côté de VÉNUS, laquelle daigne enfin se préparer à nous faire jouir de sa magnificence dans les mois à venir. Je vous le promets: ce ne sera pas triste!


Les étoiles du mois? Celles qui conduisent le cortège des constellations d’hiver. Le soir au nord-est brille CAPELLA, de la constellation du COCHER (Auriga en latin), la sixième étoile la plus brillante du ciel (techniquement c’est une étoile circumpolaire à nos latitudes, qui jamais ne disparaît derrière l’horizon). D’éclat semblable à celui d’ARCTURUS, elle fait pendant à cette dernière, laquelle pour sa part va disparaître de plus en plus tôt à l’ouest. Capella doit son fort éclat d’une part à sa proximité relative (à une quarantaine d’années de lumière) et d’autre part à sa taille de géante. Le Cocher dessine un pentagone irrégulier caractéristique en dessous de Persée. On peut reconnaître Capella (qui signifie la chèvre) sans ambiguïté grâce à la présence à ses côtés des TROIS CHEVRETTES, trois étoiles de brillance moyenne formant un triangle isocèle serré aisément identifiable. A droite du Cocher se lèvent les PLÉIADES environ une heure après le coucher du Soleil à la mi-octobre. L’amas célèbre n’est pas une constellation mais fait partie de celle du TAUREAU dont les étoiles les plus visibles constituent l’amas des Hyades, dessinant dans le ciel un V majuscule dont la rouge ALDÉBARAN marque l’extrémité d’une des branches. C’est le SAMEDI 15 que la Lune encore bien ventrue (trois jours après la Pleine Lune) passera entre les Hyades et les Pléiades. Elle culminera à près de 70° de hauteur (à Montpellier) vers 4 heures du matin, offrant ainsi des conditions d’observation exceptionnelles. Nous vérifierons dans les mois à venir que les pleines lunes d’hiver sont particulièrement hautes dans le ciel, éclairant nos régions d’une façon intense.


Les fins de mois peuvent s’avérer difficiles (!). Celle-ci le sera particulièrement avec le foutu changement d’heure qui ne sert à rien d’autre qu’enquiquiner les populations, imposé par des technocrates et politiciens frileux incapables de prendre des décisions raisonnables. Bref, c’est exaspérant mais dans la nuit du samedi 29 au dimanche 30 octobre il faudra monter sur des escabeaux au risque de tomber, chercher sur quels boutons appuyer dans la voiture ou sur la montre,  et enlever une heure à l’heure affichée. Autrement dit tenter de mettre 2 heures alors qu’il était 3 heures. J’ai déjà pesté en montrant qu’il vaudrait mieux rester à l’heure d’été (car notre société fonctionne en gros de 8 à 8, avec par conséquent un milieu de journée à 2 heures de l’après-midi, à faire coïncider avec le midi solaire). Passons.


LE CHIFFRE DU MOIS : 3E7 ou 30E6, soit 30 millions. C’est le nombre de secondes dans une année. Ce nombre est l’un des plus importants à retenir, croyez-moi, pour qui veut mesurer l’Univers. Enregistrez : 3E7. Il permet par exemple de passer de la seconde de lumière (soit 300 000 ou 3E5 kilomètres) à l’année de lumière (donc 3E7 fois ce nombre, soit 9E12, ou neuf mille milliards de kilomètres). Par exemple encore en représentant les étoiles par des oranges de 10 centimètres de diamètre, on calcule grâce à ce 3E7 magique que leur distance mutuelle serait de l’ordre du millier de kilomètres! On pourra alors se convaincre que l’Univers est mesurable mais définitivement inconcevable.


Bonnes nuits sous les étoiles
Christian


OCTOBRE 2011 AU JOUR LE JOUR
Toute la nuit : Jupiter en majesté
Le soir de plus en plus tôt : Capella et les Pléiades en tête du cortège des étoiles d’hiver
Samedi 1er: Antarès sous le croissant de Lune
Dimanche 2: le croissant lunaire du soir
Samedi 8: avis de pluie d’étoiles filantes des Draconides
Mercredi 12: Pleine Lune
Nuit du jeudi 13 au vendredi 14: Jupiter à côté de la Lune
Nuit du samedi 15 au dimanche16: la lune entre les Pléiades et les Hyades
Vendredi 21 et samedi 22: la Lune près de Mars (le matin)
Du samedi 22 au mardi 25: le croissant lunaire du matin
Mercredi 26: Nouvelle Lune
Après le vendredi 28: le croissant lunaire du soir ; le 28 à côté de Vénus
Dimanche 30: @##&!$ de changement d’heure




 

 

   

Mes sources d'information