Page d'accueil du site
de Christian Magnan

 
Le ciel du mois (par Christian Magnan)

Nota : si vous désirez mettre ce "ciel du mois" en favori utiliser l'adresse
http://www.lacosmo.com/lecieldumois/lecieldumois.html
La page ainsi adressée vous redirigera automatiquement vers le mois en cours  

LIENS


Page d'accueil du GRAAL


L'image astronomique du jour


Astronomy Picture of the Day


Le Soleil en direct de SOHO


Le Guide du Ciel


Ciel des Hommes


Images célestes


Le ciel au-dessus de nos têtes (en anglais)

aide à la connexion


Actualité de l'environnement Soleil-Terre (en anglais)


Sky and Telescope (en anglais)


ANPCNE : Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes



Allez observer le ciel


à l'observatoire d'Aniane



Le ciel d'octobre 2012

au jour le jour

le chiffre du mois

version imprimable du mois en cours   imprimante
Archives :

Le ciel de 2006 : | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre |
Le ciel de 2007 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre| décembre
Le ciel de 2008 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | début décembre | décembre
Le ciel de 2009 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet| août| septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2010 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin| juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2011 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2012 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre

les Pléiades
L'amas des Pléiades

 

 

Bonjour à toutes, bonjour à tous !

 

Ce mois s’ouvre le MERCREDI 3 OCTOBRE 2012 au matin avec la rencontre spectaculaire de la planète VÉNUS (notre belle Maguelonne, l’Étoile du matin ou Étoile du Berger) et de RÉGULUS, l’étoile principale de la constellation du Lion. Cette CONJONCTION entre VÉNUS et RÉGULUS est tout à fait exceptionnelle par la petitesse de l’écart entre les deux astres, de l’ordre de la dizaine de minutes d’arc, moins du tiers du diamètre apparent de la Pleine Lune. Le rapprochement est très facile à observer grâce à la forte brillance de la planète et à l’éclat honorable de l’étoile, de première grandeur tout de même. Il sera visible même si l’horizon n’est pas parfaitement dégagé puisque le duo se trouvera à une vingtaine de degrés de hauteur. Il faudra regarder le ciel vers l’est (on ne peut pas manquer Vénus) une heure et demie avant le lever du Soleil, ce qui nous met vers 6h15 à Montpellier. L’horaire est tout à fait honnête mais plus tôt nous commencerons l’observation, plus nous verrons d’étoiles. Personnellement  j’aime m’aider de petites jumelles, qui permettent de mieux apprécier l’éclat et la couleur des composantes de la paire. Un rendez-vous à ne pas manquer, qu’on se le dise !

En fait je vous invite à suivre notre reine du ciel, Vénus, le matin en début de mois, dans son cheminement parmi les étoiles et constater la rapidité de son déplacement apparent. En l’observant les jours précédant le 3, vous la verrez se rapprocher de Régulus, puis s’en éloigner en descendant le long du LION. Profitez-en pour redécouvrir cette constellation, laquelle constitue une exception notable en ce que ses étoiles dessinent assez bien l’animal dont elle porte le nom. Le Lion est couché tel un sphinx : sa tête et sa crinière sur la droite sont figurées par un grand point d’interrogation inversé gauche-droite. C’est Régulus qui est à la place du point, à l’avant du félin. À l’autre extrémité, la queue de l’animal est marquée par l’étoile DENEBOLA. Notez précieusement les matins du JEUDI 11, VENDREDI 12 et SAMEDI 13 OCTOBRE 2012, environ deux heures avant le lever du Soleil, lorsqu’un croissant lunaire de plus en plus mince, va glisser le long du Lion, passer près de Vénus et nous présenter sa superbe et mystérieuse lumière cendrée. Le ciel du matin est magnifique.
Un petit défi le jour suivant, le DIMANCHE 14 : essayer de repérer un croissant lunaire encore plus mince que les jours précédents au ras de l’horizon est, une trentaine d’heures seulement avant la Nouvelle Lune. Il faut observer environ une heure avant le lever du Soleil (ce qui nous met à sept heures à Montpellier). Là encore je m’aide de jumelles, c’est tout de même plus confortable.

L’autre fait marquant du mois est l’arrivée en force dans le ciel de JUPITER, la reine des planètes.  On voit se lever son disque éblouissant de plus en plus tôt chaque soir, trois heures, puis deux en fin de mois, après le coucher du Soleil. En gros vers onze heures/minuit Jupiter sera levée sur l’horizon est-nord-est. La planète géante est visible tout le reste de la nuit et reste une cible d’observation de choix, que ce soit à l’œil nu ou à travers un instrument. De plus l’astre se trouve dans un environnement magnifique, dans la constellation du Taureau, avec au-dessus de lui l’amas des PLÉIADES (The "Seven Sisters" pour les anglophones) et à sa droite celui (plus étendu) des HYADES (sœurs  des Pléiades dans la mythologie), sur lequel brille intensément la rouge ALDÉBARAN.  C’est du JEUDI 4 au SAMEDI 6 OCTOBRE que la Lune gibbeuse décroissante traversera cette région du ciel, croisant d’abord les Pléiades, puis illuminant les Hyades et se retrouvant près de Jupiter pour une admirable conjonction dans la nuit du vendredi au samedi.

C’est dans deux mois, le 3 décembre, que Jupiter passera à l’opposition (en position de Pleine Lune), se levant donc au coucher du Soleil et demeurant visible toute la nuit. En ce mois d’octobre la Terre est en train de rattraper Jupiter sur son orbite, ce qui fait que la position apparente de la planète géante va "reculer" par rapport à son déplacement habituel d’ouest en est. L’inversion du mouvement se produit le 4 octobre : on dit que Jupiter entame sa boucle de rétrogradation. L’observation de Jupiter et la découverte de ses quatre satellites, visibles dans un petit instrument, est toujours une source de bonheur, notamment parce que la configuration des quatre perles autour du disque jovien change sans cesse. Ainsi dans la nuit du samedi 20 au dimanche 21 les satellites seront tous les quatre du même côté, à l’est de Jupiter, événement assez rare. Avec celui d’octobre les mois à venir vont vous fournir l’occasion de réaliser l’observation de cette merveille, soit en sortant lunette ou télescope du placard, soit en profitant de l’instrument d’un astronome amateur, soit en vous rendant à une soirée d’observation pour grand public. Si le ciel est clément, l’astre est à vous ! Ravissement garanti.

Jupiter : il y a beaucoup plus. Dans l’histoire de la pensée humaine et les fondements mêmes de notre société, la découverte par Galilée en 1610 des satellites de Jupiter a eu une importance considérable. En effet cette découverte inattendue a apporté un argument de poids en faveur de la thèse copernicienne selon laquelle la Terre n’était pas immobile dans l’espace (tout l’Univers tournant alors autour d’elle) mais tournait autour du Soleil, tout en tournant sur elle-même. On opposait aux tenants du système copernicien, et notamment à Galilée, que si la Terre se déplaçait dans l’espace, la Lune, qui tournait autour de la Terre, n’aurait pas pu suivre cette dernière dans sa course. Or Galilée montrait à l’humanité entière qu’une planète, Jupiter, pouvait fort bien se déplacer dans l’espace en entraînant avec elle son cortège de "lunes" (lunes d’ailleurs inconnues des Saintes Écritures, faisait-il ²perfidement remarquer). On sait que les thèses coperniciennes ne plaisaient pas spécialement aux autorités religieuses, au point qu’elles ont condamné Galilée pour avoir soutenu des thèses contraires à l’enseignement de la Bible. C’est en ce sens que je parle de remise en cause par l’astronomie des fondements de la société. Du coup contempler Jupiter est source de pensées existentielles et métaphysiques. Quand je vois les querelles et guerres religieuses affligeantes embrasant toutes nos sociétés humaines, comme l’actualité récente nous en a donné l’exemple, je ne peux que conclure avec désespoir que la révolution copernicienne née en 1610 a avorté et que les découvertes scientifiques relatives à l’Univers n’ont pas été assimilées par les hommes, tenus dans l’obscurantisme par des autorités religieuses de tous bords bornées et ignorantes de la réalité. Quatre cent ans après Galilée il serait temps que Jupiter ouvre à tous les humains la porte sur la vérité du cosmos !

Encore un rendez-vous à noter le soir du JEUDI 18 OCTOBRE avec le regroupement au-dessus de l’horizon sud-ouest de deux astres de teinte orangée MARS et ANTARÈS et d’un mince CROISSANT DE LUNE. Mars et Antarès seront au plus proche l’une de l’autre le SAMEDI 20. L’observation n’est pas si facile car les trois corps célestes seront assez bas sur l’horizon mais l’événement nous donne l’occasion de rappeler que le nom d’Antarès, l’étoile principale du Scorpion, est formé sur "anti-Arès", signifiant la "rivale de Mars" (Arès dans la mythologie grecque). La couleur rougeâtre de Mars est due à la rouille qui recouvre son sol. Celle d’Antarès indique que l’étoile est une supergéante de température relativement basse (quelque 3000 degrés, ce qui pour une étoile est faible). Antarès est une étoile en fin de vie, qui a peut-être déjà explosé et disparu, mais dans l’affirmative nous ne le saurons que plusieurs centaines d’années après l’explosion, le temps que la lumière parcoure la distance qui sépare l’étoile de la Terre.

J’hésite à parler des ÉTOILES FILANTES annoncées pour les nuits du LUNDI 8 au MERCREDI 10 car l’an dernier à la même époque les prévisions s’étaient avérées quelque peu décevantes. Mais bon on peut toujours tenter sa chance avec cet essaim des DRACONIDES dont le maximum est prévu pour le 8 octobre mais que les spécialistes conseillent de surveiller du 8 au 10. On pourra déjà profiter d’une Lune pas trop envahissante puisque ne se levant qu’en deuxième partie de nuit. Un autre élément en faveur d’un regain d’activité cette année tient dans le fait que la comète à l’origine de ces météores, à savoir Giacobini-Zinner, est passée près du Soleil au mois de février et, sous l’effet de la chaleur solaire, a dû subir une certaine désagrégation accompagnée de la production de ces poussières provoquant le phénomène d’étoile filante en percutant d’atmosphère terrestre. Le radiant, point d’où semblent venir ces filantes, est situé dans la constellation du Dragon (d’où leur nom), assez difficile à repérer car s’enroulant autour de la Petite Ourse. En pratique on pourra se caler sur Véga, située non loin du radiant, et tenter sa chance. Les Draconides sont lentes, leur vitesse de pénétration dans l’atmosphère n’étant que de 20 km/s (la Terre tourne sur son orbite à raison de 30 km/s). Comme toujours une bonne chaise longue, ici tournée vers le nord, est le meilleur instrument d’observation. Avec une dose de patience, et de chance ;) Les plus joueurs pourront retenter leur chance avec l’essaim des ORIONIDES dont le maximum  d’activité est prévu pour le DIMANCHE 21. Ces étoiles filantes semblent provenir de la fameuse constellation d’Orion, bien placée sur l’horizon sud en fin de nuit.

Terminons en partant à la connaissance d’une étoile peu connue, que  je remarque en cette saison, bas sur l’horizon sud, par son bel éclat et sa couleur blanche tirant sur le jaune. Il s’agit de FOMALHAUT, la dix-septième étoile la plus brillante du ciel, étoile principale de la constellation peu remarquable du Poisson austral. Fomalhaut (dont le nom vient d’un mot arabe signifiant "bouche du poisson") est isolée dans le ciel, cette particularité constituant paradoxalement le moyen de la reconnaître. Pour confirmer qu’il s’agit bien de Fomalhaut, vous pouvez vérifier qu’elle se situe dans l’alignement du bord ouest (c’est-à-dire du bord droit) du carré de Pégase, sans autre étoile brillante interposée. L’étoile est célèbre pour être entourée d’un disque de poussières et abriter des exoplanètes.

Le mois d’octobre se termine avec la mauvaise nouvelle annuelle, celle du passage à l’heure d’hiver, qui correspond à TU+1, c’est-à-dire consistant à ajouter une heure au temps universel. Heure des soirées hivernales lugubres commençant trop tôt. Le dimanche 28, à 3 heures il sera 2 heures. Je peste contre ces changements intempestifs et inutiles biannuels de l’heure et soutient qu’il vaudrait mieux se caler sur les horaires pratiques de notre société, à savoir sur une journée allant grossièrement de "8 à huit" (en accord avec l’enseigne des magasins portant ce nom), en plaçant donc le midi solaire au centre de cet intervalle, à 14 heures. Cela revient à fixer l’heure légale à TU+2, ce qui est précisément la définition de l’heure d’été. En deux mots, qu’on se fixe à l’heure d’été et qu’on y reste !

LE CHIFFRE DU MOIS : 149 597 870 700 mètres exactement. C’est la définition de l’unité astronomique (UA ou AU), égale à la distance de la Terre au Soleil, adoptée fin août 2012 par l’Union astronomique internationale. Cette unité est maintenant définie de façon conventionnelle et perd, puisque sa valeur est exacte, son statut antérieur de nombre physique (un nombre physique est toujours entaché d’incertitude). En pratique, retenir 150 millions de kilomètres pour la distance de la Terre au Soleil, c’est-à-dire la valeur de l’unité astronomique.

Bonnes nuits sous les étoiles
Christian

OCTOBRE 2012 AU JOUR LE JOUR
Tous les soirs : Jupiter (dans le Taureau) se lève de plus en plus tôt sur l’est-nord-est et brille le reste de la nuit ; découvrez l’étoile Fomalhaut qui se lève au sud-est
Tous les matins : magnifique étoile du matin, Vénus se la joue royale
Lundi 1er et mardi 2, le matin : observer Vénus s’approcher de Régulus
Mercredi 3 au matin : rapprochement exceptionnellement serré entre Vénus et Régulus, le clou du mois
Jeudi 4 : Jupiter est stationnaire et commence sa boucle de rétrogradation (vers l’ouest)
Du jeudi 4 au samedi 6 : la Lune gibbeuse traverse le Taureau des Pléiades à Jupiter
Nuit du vendredi 5 au samedi 6 : la Lune près de Jupiter
Du lundi 8 au mercredi 10 : les Draconides seront-elles au rendez-vous ?
Du jeudi 11 au dimanche 14 : le croissant lunaire du matin glisse le long du Lion (près de Vénus le12, observation difficile le 14)
Lundi 15 : Nouvelle Lune (et ciel noir autour de cette date)
Du mercredi 17 au samedi 20 : un croissant lunaire du soir qui se couche rapidement
Jeudi 18 : regroupement entre Mars, Antarès et le croissant de Lune
Samedi 20 : Mars à côté de sa rivale Antarès
Nuit du samedi 20 au dimanche 21 : les satellites de Jupiter se trouvent tous les quatre du même côté de la planète
Dimanche 21 et autour de cette date : maximum annoncé des Orionides, étoiles filantes à voir en deuxième partie de nuit vers le sud
Vendredi 26 : joli rapprochement entre Vénus et Zavijah de la Vierge (jumelles), une étoile double improvisée
Dimanche 28 : à 3 heures il sera 2 heures, ce n’est vraiment pas malin
Lundi 29 : Pleine Lune


   

Mes sources d'information