Page d'accueil du site
de Christian Magnan

Le ciel du mois (par Christian Magnan)

LIENS


Page d'accueil du GRAAL


L'image astronomique du jour


Astronomy Picture of the Day


Le Soleil en direct de SOHO


Le Guide du Ciel


Ciel des Hommes


Images célestes


Le ciel au-dessus de nos têtes (en anglais)


Actualité de l'environnement Soleil-Terre (en anglais)


Sky and Telescope (en anglais)


 

Le ciel de décembre 2006

version imprimable du mois en cours   imprimante
Archives :

Le ciel de 2006 : | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre |

transit de Mercure
Passage de Mercure devant le Soleil
le 8-9 novembre 2006

 

 

Bonjour à toutes, bonjour à tous !

 

Qu'on le regrette bof ou non lol décembre est une période de cadeaux… Et on me demande parfois quel premier instrument acheter pour observer le ciel (qu'il s'agisse d'enfants ou d'adultes). Ma réponse est simple : achetez des jumelles. C'est le moyen idéal de se familiariser avec les astres, et la richesse des découvertes qu'il permet est immense. Avec des jumelles vous pourrez observer montagnes et cratères sur la Lune, le croissant de Vénus, dénicher Mercure, voir le globe de Jupiter et ses quatre satellites, deviner les anneaux de Saturne, regarder la galaxie d'Andromède, la nébuleuse d'Orion, l'amas de la Crèche, etc. Vous pourrez admirer les splendeurs de la Voie Lactée, contempler les Pléiades, suivre les rencontres entre planètes et étoiles et découvrir des tonnes d'autres merveilles (comme des étoiles doubles).

Mais avant de poursuivre, j'insiste sur un point capital : IL NE FAUT JAMAIS VISER LE SOLEIL, sous peine de se brûler les yeux. En revanche en mettant devant les objectifs des feuilles spéciales servant de filtre, comme le mylar, vous pourrez en plus observer les taches solaires, ou la prochaine éclipse de Soleil.
http://www.graal.univ-montp2.fr/images/album-destination/pages/dim_P1010039_jpg.htm

Deux nombres caractérisent une paire de jumelles, son grossissement (couramment 7, 8 ou 10) et le diamètre des objectifs exprimé en millimètre (disons de 35 à 50 mm). Lois de l'optique imposent, pour que la luminosité de l'instrument soit suffisante, il faut que le diamètre soit au moins égal à 5 fois le grossissement (pour des enfants, qui peuvent ouvrir la pupille plus que des adultes, on peut accepter d'augmenter ce facteur 5). Par conséquent, à vous de choisir entre des 7×35 (plus légères, faciles à manipuler), 8×40 (un bon compromis entre taille et grossissement ?) et 10×50 (les plus puissantes, mais plus lourdes).

Impératif : choisir des jumelles avec un filetage permettant de les monter sur un trépied photo ordinaire à l'aide d'un adaptateur. Vous ne pouvez pas imaginer tout ce que la fixation de jumelles sur un pied peut faire pour vous... apportant avec elle une qualité idéale d'observation. De plus, avec ce système, il vous est possible de faire profiter un groupe de personnes d'une séance d'observation, sans avoir à repointer l'objet. Pratique non ? Mais évidemment l'énorme avantage des jumelles, c'est de pouvoir aussi, justement, se passer de pied. Grâce à cette facilité un tel instrument ne risque pas de dormir dans un placard, comme pourrait le faire un télescope .

Question prix, ne tapez pas dans le bas de gamme, parce que la qualité des images importe en astronomie et comptez quand même au minimum dans les 200 euros pour avoir de bonnes jumelles. Essayez-les dans un magasin d'optique (genre Camara, Phox, opticiens spécialisés..) pour voir si elles conviennent à vos mains et à vos yeux.
Et passons tout de suite aux travaux pratiques .

La planète MERCURE, dont la vision me procure toujours beaucoup de plaisir, nous attend le matin, vers 7 heures à plusieurs degrés au-dessus de l'horizon sud-est. Il faut profiter de l'occasion de l'admirer car cette planète, la plus proche du Soleil, est souvent noyée dans l'éclat du jour. Mercure est visible jusque vers le 20 décembre avec un éclat spectaculaire (sa magnitude approchant -1).

Même endroit, même heure : ne manquez pas le magnifique rassemblement de trois planètes les MATINS DU DIMANCHE 10 ET LUNDI 11 DÉCEMBRE 2006, Mercure se pressant contre JUPITER, et MARS (cette dernière visible seulement aux jumelles, car peu lumineuse) complétant le trio sur la droite. Si la planète rouge n'a encore rien d'extraordinaire, nous pouvons garder un oeil sur elle tout au long de l'année à venir jusqu'à une opposition magnifique en décembre 2007 qui la remettra au rang des astres les plus lumineux du ciel.

Le retour de JUPITER dans le ciel du matin est le bienvenu, la planète géante redevenant bien observable vers la mi-décembre avec les ressources esthétiques inépuisables du ballet de ses quatre satellites que nous lui connaissons. Sans Jupiter le ciel ne serait pas ce qu'il est .

Revenons à ce même MATIN DU DIMANCHE 10 DÉCEMBRE, pour tourner les yeux de l'autre côté, vers l'horizon sud-ouest, et voir la Lune gibbeuse d'approcher de SATURNE. La seigneure des anneaux (qui se lève vers 23h en début de mois) brille non loin de RÉGULUS du Lion, le couple formant (comme indiqué dans le bulletin du mois dernier) une sorte de réplique des Gémeaux (Castor et Pollux) qui se situent non loin sur la droite. Dans la NUIT SUIVANTE DU DIMANCHE 10 AU LUNDI 11 DÉCEMBRE la Lune aura dépassé Saturne et Régulus et se retrouvera à la gauche de cette dernière, à environ 1° de distance angulaire. Un rapprochement de toute beauté à inclure dans la rubrique fournie "quelle est cette étoile à côté de la Lune ?" Justement, le MATIN DU VENDREDI 15 DÉCEMBRE c'est SPICA, de la Vierge qui aura l'honneur de la visite de la Lune.

Un événement insolite marque le début du mois de décembre : L'OCCULTATION DE L'AMAS DES PLÉIADES PAR LA LUNE dans la NUIT DU DIMANCHE 3 AU LUNDI 4 DÉCEMBRE. La Lune presque pleine passe devant l'amas et en cachera successivement plusieurs étoiles. En début de nuit, il faudra masquer la Lune de sa main pour apercevoir les Pléiades et ensuite le phénomène sera à suivre dans des jumelles (sur pied ) ou dans un instrument plus puissant (grossissant par exemple une quarantaine de fois).

Toujours la Lune : dans la NUIT DU LUNDI 4 AU MARDI 5 DÉCEMBRE, la PLEINE LUNE sera la plus haute de l'année dans le ciel, à 73° au-dessus de l'horizon. Intéressant : vous avez sans doute remarqué que la pleine Lune est bien plus haute dans le ciel en hiver, alors qu'elle reste bien basse en été. Pourquoi ? Si on oublie les subtilités des déplacements apparents des astres sur le ciel, on peut dire que lorsqu'elle est pleine, la Lune se trouve dans la direction opposée au Soleil (facile !). En imaginant donc qu'on intervertisse le rôle de la Terre et de la Lune, et comme c'est la position de la Terre autour du Soleil qui détermine la hauteur de ce Soleil au-dessus de l'horizon (donnant lieu à l'existence des saisons) on peut dire très approximativement que la position de la pleine Lune à minuit à telle époque (par exemple le 5 décembre 2006) est la même que celle du Soleil à midi 6 mois plus tôt (début juin dans cet exemple). Et si cette explication ne vous parle pas, contentez-vous de constater les faits .

Vous avez dit "saisons" ? Le 22 décembre 2006 à 1h22, qu'il fasse froid qu'il fasse chaud, l'hiver débutera dans l'hémisphère nord. C'est le SOLSTICE D'HIVER, l'époque où le Soleil est le plus bas sur l'horizon à midi, et la durée du jour la plus courte. Vous prenez votre latitude (par exemple 46° à Melle, Poitou-Charentes), vous la retranchez de 90° : 90 - 46 = 44. Vous retranchez encore 23,43° (l'inclinaison de l'axe de rotation de la Terre par rapport à son plan de révolution autour du Soleil), vous trouvez un pauvre petit 21° représentant la hauteur du Soleil à midi à Noël. C'est peu ? Oui, mais dites-vous que plus au Nord, le Soleil ne se lève même pas .

ENCORE DES ÉTOILES FILANTES. Vous avez aimé les étoiles filantes du dimanche 19 novembre (les Léonides) avant les croissants de 7 heures ? (J'en ai vu une demi-douzaine au nord de Montpellier) Vous adorerez les GÉMINIDES, si elles daignent se manifester. Les conditions d'observation sont à nouveau idéales, puisque le point de divergence des météores, dans la constellation des Gémeaux monte haut dans le ciel et que la Lune sera absente. Ces filantes sont actives du 7 au 17 décembre. Guettez le ciel durant cette période, et vous devriez  surprendre quelques traînées lumineuses. La meilleure fenêtre d'observation en Europe se situerait le MATIN DU JEUDI 14 DÉCEMBRE mais bon, aucun pic réel n'est vraiment prévu et il est préférable de tenter déjà sa chance  24 heures plus tôt, donc dans la NUIT DU MARDI 12 au MERCREDI 13.

Pour fêter la fin de l'année, c'est le croissant de la nouvelle Lune, dès le soir du VENDREDI 22 DÉCEMBRE qui, paré de sa lumière cendrée féerique, décorera le ciel, non loin de la planète VÉNUS, de retour après une si longue absence.

Bonne fin d'automne sous les étoiles
Christian

PS1 : je reçois avec plaisir le compte-rendu de vos observations du ciel, qu'elles soient heureuses ou malheureuses